site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Emmanuel Macron et Mohammed ben Salmane. ©AFP

Emmanuel Macron et Mohammed ben Salmane. ©AFP

Quelques heures après l’annonce de l’assassinat du journaliste dissident saoudien Jamal Khashoggi et le silence complet de la France face à cet acte, on ne peut plus croire aux droits de l’homme et à la liberté d’expression, vu que les voix évoquent une possible adhésion à titre d’observateur de l’Arabie saoudite à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

La France ira-t-elle ouvrir les portes de cette organisation à un État qui kidnappe les Premiers ministres des États souverains, assassine ses opposants sur ces mêmes territoires et qui plus est, est coupable du meurtre de près de 20.000 civils yéménites ?

Après tout, l’Arabie saoudite, principal client des armements français, réclame haut et fort son droit à commettre toutes ces exactions sans avoir à rendre des comptes à qui que ce soit.

Le prochain sommet de la Francophonie, prévu pour les 11 et 12 octobre en Arménie, doit étudier divers sujets dont une possible adhésion de l’Arabie saoudite à cette organisation. L’Arabie saoudite avait déjà avancé, cette demande d’adhésion, lors du précédent sommet à Madagascar en 2016, sans en avoir obtenu la réponse positive. C’est alors pour une autre fois qu’elle a renouvelé sa candidature pour tenter sa chance.

Pour rappel, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) demande à ses candidats de « traduire un intérêt réel pour les valeurs défendues par la Francophonie ». Est-ce également le cas de l’Arabie saoudite connue pour, entre autres, ses inégalités hommes-femmes et les peines de mort par décapitation. Le royaume saoudien figure sur la liste des pires pays en matière des droits de l’Homme.

Au sein de l’organisation, certains pays membres estiment que la demande de Riyad ne cadre pas avec les idéaux démocratiques mis en avant par l’institution. Pour l’heure, aucun membre de l’Organisation n’a voulu s’exprimer sur la candidature de l’Arabie saoudite. Quant à la France, elle a opté pour un silence qui gêne. Leïla Slimani, conseillère du président sur la francophonie n’a pas fait de commentaires. Il est vrai que la France ne souhaite pas mettre en péril les intérêts économiques qu’elle développe depuis de longues années avec l’Arabie saoudite.

Mais quelle est la véritable raison de la demande d’adhésion de Riyad ? Ce n’est pas sans doute pour les beaux yeux de Macron que ce royaume souhaite cette adhésion. La monarchie saoudienne y voit là « une manière d’intégrer une sphère d’influence et de toucher au plus près les intérêts de grandes puissances francophones », comme l’estime l’analyste de France 24.

Ce n’est pas d’ailleurs le seul État assassin qui souhaite adhérer à cette Organisation. Les Émirats arabes unis, complices de ce régime dans les crimes au Yémen, font, depuis 2011, partie du club des 84.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/10/08/576407/LOIF-accepteratelle-adhsion-Arabie–ben-Salmane-jamal-khashoggi

Comments are closed.

  • Archives