site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Le camerounais Jacques TEMGO Guiffo, Fondateur de la start-up Afribaba..Photo/Jacques

Le camerounais Jacques TEMGO Guiffo, Fondateur de la start-up Afribaba..Photo/Jacques

Afribaba, la Start-up africaine

L’Afrique numérique est en effervescence, il est temps que l’Afrique réagisse face à l’agressivité des nombreuses start-up étrangers qui travaillent en Afrique au compte des africains. Attirer des talents et faire surgir des idées pour mieux construire notre continent. Africa24monde est aller à la rencontre du fondateur de la START-UP africaine AFRIBABA dont le fondateur est un camerounais qui nous parle de son oeuvre.

Bonjour! C’est qui ? Jacques Temgo Guiffo

Je vous remercie de votre intérêt à l’égard de ma modeste personne. Je me nomme Jacques TEMGO Guiffo un jeune camerounais, la trentaine révolu.
J’ai décidé de m’installer au Cameroun il y a à peine un mois de cela en provenance de la principauté d’Andorre.
je suis dans le monde du développement web il y’a une dizaine d’années de cela, mais à la base j’ai plutôt fait des études en mathématiques option informatique, j’ai également obtenu un BTS en commerce International à Siantou Supérieur au Cameroun et un Master Executive in International Business (MIBE) en Espagne à l’école Espagnole du Commerce Extérieur (EENI).

Vos débuts dans l’entrepreneuriat.. précisément la création de la start-up Afribaba

 Afribaba est une histoire d’amour depuis le départ, car j’ai commencé le projet comme un passe-temps pendant mes heures libres, pour après y consacrer une part importante de mon emploi du temps afin de le perfectionner sur le plan technique. Comme vous savez la perfection n’est pas de ce monde, mais néanmoins je suis ravi du résultat final obtenu et je pense que c’est cette bonne performance technique d’afribaba.com qui a attiré les investisseurs qui ont acceptés de m’accompagner pour promouvoir les sites d’afribaba dans la plupart des pays africains. En effet le potentiel et le degré d’utilisation de nos sites sont déjà très important en Afrique malgré la faible pénétration de l’internet.

Pourquoi vous vous êtes lancés dans l’entrepreneuriat ?

 La principale raison pour laquelle je me suis lancé dans l’entrepreneuriat est premièrement l’amour que je porte pour notre continent, car je pense que chaque Africain qu’il soit hors du continent où à l’intérieur devrait jeter sa petite pierre pour le développement de notre continent, en créant par exemple des sociétés qui vont générer des emplois ce qui contribuera à résorber le problème de chômage des jeunes. Pour moi l’entrepreneuriat se pressentait donc comme un moyen de pouvoir apporter ma modeste contribution pour le développement de l’Afrique.

Mon souci majeur serait de contribuer à mon niveau, à l’avancement de notre continent et saper les clichés qui lui y sont très souvent prêtés.

C’est vrai que mon action est assez insignifiant, mais je rêve un jour de voir certains de nos frères et sœurs prendre le même courage, rentrer en Afrique pour investir, faire quelque chose de profitable pour l’Afrique; car je suis convaincu que la force de notre continent et son émergence ne découlent que des actions que nous pouvons menées en sa faveur. C’est sans doute les petites actions comme la mienne qui nous aiderons à aller de l’avant.

Question : C’est quoi Afribaba ? Quels sont ses états de service?

 Afribaba est une jeune structure, mieux une startup spécialisée dans les petites annonces en ligne. c’est un site qui se veut leader sur le marché de l’offre de l’emploi, de la vente et location des véhicules, de l’immobilier, électroniques, brocantes ainsi que des services divers.

Cependant, la particularité d’Afribaba est que nous n’intervenons pas comme intermédiaire dans les transactions ou négociations entre l’annonceur et le client. Afribaba.cm aide juste les annonceurs à trouver facilement de potentiels clients pour leurs offres de services ou vente grâce à la visibilité que nous leur offrons sur la toile.

Alors on parle de vous partout ! on vous compare déjà à Jack Ma, pionnier de l’Internet chinois, fondateur d’Alibaba et homme le plus riche d’Asie. Vous serez ou vous êtes déjà comme lui ?

 Dire que je suis au même rang que Jack Ma serait un peu trop prétentieux de ma part. Néanmoins c’est l’une de mes aspirations. je pense qu’à l’allure ou vont les choses le projet est plutôt bien parti pour avoir une longue vie et un succès de plus en plus grandissant. il ne faudrait juste pas que nous trébuchons sur le joug de la mégalomanie en croyant que nous avons atteint le sommet. il y a encore un énorme travail de fond à faire pour pouvoir atteindre nos objectifs.

Question : Quelles ont été les difficultés rencontrées au début du lancement au Cameroun ?

 Il faut avouer qu’au départ, la tâche n’était pas du tout facile. notamment au niveau de la mentalité de nos frères. l’épineux problème a surtout été sur le plan administratif. J’ai du surmonter toutes sortes de tracasseries et bavures pour que le dossier et toutes les pièces me donnant autorisation d’exercer soient au complet. convaincre la masse populaire de la porté du projet a été aussi un point délicat. Car la population camerounaise moins adaptée à ce mode de vie reste encore jusqu’ici très sceptique. mais je pense qu’au regard des innombrables startups et sites spécialisés comme moi dans les petites annonces, les choses commencent à se constituer et les gens s’imprègnent de plus en plus.

 Qu’en est-il de son implantation géographique et les perspectives du futur au Cameroun et sur le reste du continent?

Afribaba a des ambitions, que je pourrais qualifier de démesurées. notre but premier est d’abord de s’implanter ici au Cameroun en tant que leader startup de petites annonces gratuites. Pour cela nous comptons étendre nos services dans toutes les régions du pays afin d’assurer une meilleure qualité de services à notre clientèle, créer une certaine confiance entre les annonceurs et Afribaba. Après le Cameroun, nous projetons à moyen terme de nous implanter aussi dans certains pays de l’Afrique centrale et de l’ouest et pourquoi pas faire un clin d’œil hors du continent.

Votre clientèle se compte dans quels secteurs ? y’a -t -il un secteur particulier ?

Contrairement à certaines start-up , qui sont spécialisées dans un secteur d’activité bien précis, Afribaba.cm ne se donne pas de frontière quant aux activités. Pour ce fait, le site a voulu regrouper plusieurs domaines au regard des différents besoins des populations. c’est donc sur cette base que nous avons pensé à diversifier la qualité de nos services en se référant grâce aux résultats de nos investigations sur le terrain aux besoins des camerounais et des africains. donc en bref Afribaba ne se focalise pas sur un secteur d’activité particulier. c’est un carrefour en ligne ou on trouve un peu de tout allant de la vente de voitures, jusqu’a la location immobilier en passant par la recherche d’emploi et ou proposition des services si l’on peut le dire ainsi.

Quelles consignes donneriez-vous aux entrepreneurs débutants, qui hésitent à se lancer à vendre ou acheter sur le net via Afribaba ?

La première chose que je peux dire aux jeunes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat, c’est d’abord d y croire, avoir une certaine conviction et détermination quant aux projets qu’ils souhaitent réaliser. Pour ce qui est d’Afribaba, il faut noter que le contact est fait directement entre l’annonceur et le client. Donc pour les entrepreneurs, ils sont eux-même garants, responsables et libres de parapher à leurs grès des contrats avec leurs clientèles. Encore nous tenons à rappeler que nos services sont entièrement gratuits. Tout le monde peut déposer une annonce sur Afribaba.cm. c’est un espace qui reste très ouvert pour toute classe de personnes ou d’entreprises.

Un mot de fin (Conseil, anecdote )

 Comme mot de fin, j’aimerais d’abord exhorter nos frères africains à se sacrifier, prendre le courage et de revenir en Afrique investir, offrir aussi leur savoir-faire et connaissances à ceux qui sont ici. créer des emplois qui allégeraient les conditions de vie des populations. car il faut que nous préservons l’image de notre continent. l’Afrique ne doit pas seulement être celui de la misère ou tout est péjoratif; C’est un continent qui a beaucoup de valeurs, de richesses et de potentialités. il suffit juste que l’on y croit en ses valeurs.

Africa24monde.com -Propos recueillis par Tinno Mbang

Leave a Reply


  • Archives