site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Le président Bouteflika lors d'un discours retransmis par la télévision nationale, le 9 février 2012. AFP PHOTO / FAROUK BATICHE

Le président Bouteflika lors d’un discours retransmis par la télévision nationale, le 9 février 2012.
AFP PHOTO / FAROUK BATICHE

Algérie : le gouvernement ferme la chaîne privée El Watan TV

En Algérie, le gouvernement a fermé, lundi 12 octobre, la chaîne de télévision El Watan TV, à Alger. Cette fermeture intervient quelques jours après la diffusion sur cette chaîne d’un entretien avec Madani Mezrag, ancien chef de l’Armée islamique du salut (AIS), bras armé du Front islamique du salut (FIS). Dans cet entretien Madani Mezrag avait tenu des propos menaçants visant le président Abdelaziz Bouteflika.

Ce lundi 12 octobre au matin, le préfet d’Alger, sur ordre du ministère de la Communication, a procédé à la fermeture de la chaîne pour propos subversifs et atteinte au symbole de l’Etat.

Ce que reproche le gouvernement à El Watan TV, ce sont les propos tenus par Madani Mezrag sur le plateau de la chaîne. Invité il y a quelques jours, l’ancien chef de l’Armée islamique du salut (AIS) avait alors réagi au rejet, par le président Bouteflika, de son projet de créer un parti politique.

« S’il ne revoit pas sa position, il va entendre de moi ce qu’il n’a jamais entendu auparavant », avait alors menacé Madani Mezrag sur El Watan TV. Amnistié dans le cadre de la Charte de la paix et de la réconciliation, Madani Mezrag ne peut plus revenir dans la vie politique, selon cette même charte.

Après avoir porté plainte contre la chaîne privée pour « atteinte au symbole de la République », le préfet d’Alger ainsi qu’une trentaine de policiers, selon les journalistes, ont procédé à la fermeture des locaux, ce lundi matin, vers 9h00.

 

L’après-midi, les employés de la chaîne se sont rassemblés devant le ministère de la Communication pour protester contre cette fermeture.

« Pourquoi le gouvernement ferme-t-il El Watan TV, mais n’arrête pas Madani Mezrag » se sont-ils demandé. La chaîne emploie 170 personnes. Son patron a fait savoir qu’il allait déposer un référé devant la justice pour obtenir l’annulation de la décision.

El Watan TV est la deuxième chaîne à être fermée depuis l’ouverture du champ audiovisuel au privé, il y a quatre ans. En mars 2014, en pleine campagne présidentielle, les autorités avaient décidé la fermeture d’Atlas TV.

http://www.rfi.fr/afrique/20151013-algerie-el-watan-tv-gouvernement-fermeture-madani-mezrag

Al-Watan TV interdite : les chaînes qui ont interviewé Mezrag seront-elles sanctionnées aussi ?

Madani Mezrag a déclaré ne rien regretter de son passé terroriste. New Press

Madani Mezrag a déclaré ne rien regretter de son passé terroriste. New Press

Le ministère de la Communication n’a pas attendu l’issue de la plainte déposée contre la chaîne privée Al-Watan TV pour agir. Il a demandé au wali d’Alger de procéder à la fermeture des locaux de la chaîne de droit étranger Al-Watan El-Djazairia, connue sous l’appellation d’Al-Watan TV, et à la mise sous scellés des équipements. Le ministère motive sa décision de fermeture des bureaux de cette chaîne par son exercice illégal. «Al-Watan El-Djazairia diffuse des contenus subversifs portant atteinte aux symboles de l’Etat», argue le ministère de la Communication, pour lequel ce média est, «au titre de la loi relative à l’activité audiovisuelle, en infraction avec les dispositions de l’article 20 de cette loi qui prévoit la soumission de l’exercice de l’activité à une autorisation préalable délivrée par décret».

Il s’agit du décret exécutif n°14-152, du 30 avril 2014, qui fixe les modalités d’accréditation des journalistes professionnels exerçant pour le compte d’un organe de droit étranger, sur la base duquel le département de la communication délivre un agrément provisoire de représentation d’un média de droit étranger et des accréditations à ses journalistes.

Le ministre de la Communication n’a, toutefois, pas indiqué si l’Etat comptait aussi fermer toutes les autres chaînes de télévision et organes de presse qui ont invité l’ancien chef terroriste à s’exprimer. Dans ses anciens entretiens, le fondateur de l’AIS, le bras armé du parti extrémiste FIS, a déclaré ne rien regretter de son passé terroriste. La fermeture d’Al-Watan TV intervient moins de dix jours après la diffusion de l’interview de l’ex-chef terroriste Madani Mezrag, au cours de laquelle il a menacé le président de la République de représailles s’il lui refusait la création de son parti politique.

Dans son entretien, Mezrag persistait à défendre son projet de création d’un parti, affirmant que «personne ne m’empêchera de créer mon parti». Il ajoute que Bouteflika ne lui a pas interdit d’activer, car il n’est pas en mesure de prendre des décisions. «Il ne dispose pas de capacités physiques pour prendre toutes ces décisions annoncées ces derniers temps.

Il y a des gens qui jouent avec l’avenir de l’Algérie, travaillent pour leur propre agenda.» Dans sa quête d’une «virginité politique», Madani Mezrag avait dit n’avoir aucune responsabilité dans ce qui s’est passé durant les années 90. Si Al-Watan TV a été fermée, l’ex-chef terroriste n’a toujours pas été convoqué. Le ministère de la Communication avait expliqué qu’il n’avait pas la qualité pour poursuivre Madani Mezrag. D’autres institutions comme la présidence de la République vont-elles porter plainte contre l’ex-chef de l’AIS ? Madani Mezrag va-t-il être interpellé pour ses propos attentatoires aux symboles de l’Etat ? La justice va-t-elle s’autosaisir ?
Rafik Meddour

http://www.algeriepatriotique.com/article/al-watan-tv-interdite-les-chaines-qui-ont-interviewe-mezrag-seront-elles-sanctionnees-aussi

Leave a Reply


  • Archives