site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Les massacres du 8 mai 1945 ont été le prélude à la guerre pour l’indépendance du pays

Les massacres du 8 mai 1945 ont été le prélude à la guerre pour l’indépendance du pays

Les massacres du 8 mai 1945 ont été le prélude à la guerre pour l’indépendance du pays

Le 8 mai 1945, alors que les alliés dont la France fêtaient la victoire sur l’Allemagne nazie, les algériens sont sortis en masse dans les rues, profitant de l’audience particulière donnée à cette journée, pour rappeler leurs revendications anti colonialistes et indépendantistes.

Quelques jours auparavant, Messali Hadj, le chef nationaliste est arrêté en avril 1945 et déporté dans le sud du pays puis au Gabon. Cette provocation des autorités françaises sème la consternation chez les algériens, en particulier dans les rangs de son parti le PPA qui organise une manifestation qui réunit 20.000 personnes à Alger. Pour la première fois est arboré en public le drapeau des indépendantistes. La manifestation se solde par 11 morts, des arrestations, des tortures… et un afflux d’adhésions au PPA !

 Un génocide

Le 8 mai 1945, à Sétif, la foule démarre de la mosquée de la gare aux environs de 10h. Au premier rang, se trouvaient les écoliers et les scouts. Les “organisateurs” voulaient une marche pacifique. Aussi enjoignirent-ils aux participants de laisser à la maison tout objet susceptible d’encourager la dérive.

Arrivée au niveau du Café de France, sis au bas d’un hôtel de même nom, la foule marque un arrêt. “Quatre policiers en faction se tenaient devant nous”, indique le vieux Aïssa Chéraga qui tenait le drapeau algérien. À la vue des manifestants, des Européens s’y précipitèrent. Ils sont furieux à la vue du drapeau algérien, ils sont furieux aussi à la vue d’une banderole où était écrit « Algérie libre », une autre demandait la libération de Messali Hadj, fondateur du Parti du peuple algérien (PPA) qui avait appelé, en compagnie de Ferhat Abbas, futur premier président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) à profiter de la célébration de la capitulation allemande pour revendiquer l’indépendance du pays, par le biais d’un… drapeau.

Au moment où les Européens attablés au Café de France se précipitent sur la foule, un courageux scout, par souci de le sauvegarder, se saisit du drapeau algérien et se met à courir devant. Un des policiers ouvre le feu et le tue sur le coup. « Bouzid Saâl, ce brave garçon, m’a subitement pris le drapeau des mains avant de s’éloigner, on lui a tiré dessus et il est mort immédiatement », raconte, Aïssa Cheraga.

Des massacres de civils commencent à Sétif, Guelma, Kherrata, Batna… Ils se poursuivront jusqu’en juin 1945, entraînant la mort de 45.000 Algériens. Un massacre à grande échelle, prenant les proportions d’un génocide. Un enfer avec sa cohorte de tueries, de viols, d’enfumades et d’exactions hystériques, commises par la soldatesque coloniale.

Le prélude à la guerre de libération

Ce dimanche à Sidi Bel Abbès, le ministre des moudjahidine, Tayeb Zitouni, a souligné, que les massacres du 8 mai 1945 ont été une étape décisive dans l’histoire de la lutte contre le colonisateur, en fondant les bases de la liberté du peuple algérien, sa fierté et l’indépendance de sa patrie.

« La commémoration de l’anniversaire de ces massacres vise à célébrer la mémoire des martyrs de cette épopée, à remémorer une page de notre glorieuse histoire, à lutter contre la culture de l’oubli des drames commis par le colonisateur contre le peuple algérien et à contrecarrer toutes les tentatives visant à minimiser les sacrifices de nos ainés pour recouvrer la liberté et l’indépendance nationale », a souligné le ministre.

A l’occasion de la commémoration de cet anniversaire historique des massacres du 8 mai 1945, le ministre des moudjahidine s’est rendu, en compagnie des autorités locales, des membres de la famille révolutionnaire au Carré des martyrs pour se recueillir à la mémoire des martyrs. Il a procédé ensuite à l’inauguration du nouveau siège de la direction des moudjahidine de la ville de Sidi Bel Abbès et assisté à une partie des manifestations culturelles et historiques organisées à cette occasion, avant d’inaugurer des stèles commémoratives et baptiser des édifices publiques aux noms de martyrs et honoré des moudjahidines de la région.

Par Mourad Arbani

http://www.algerie1.com/actualite/les-massacres-du-8-mai-1945-ont-ete-le-prelude-a-la-guerre-pour-lindependance-du-pays/

Comments are closed.

  • Archives