site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Mohammed Abdessalam, le porte-parole du mouvement yéménite |parstoday

Mohammed Abdessalam, le porte-parole du mouvement yéménite |parstoday

Ansarallah condamne le silence de la communauté internationale sur le Yémen

Mohammed Abdessalam, le porte-parole du mouvement yéménite Ansarallah, reproche à la communauté internationale son silence face au massacre des civils innocents et à la famine qui touche la plupart des enfants yéménites.

Il a appelé, ce dimanche, à un déplacement du théâtre des opérations en dehors des frontières du Yémen et à l’usage de missiles en représailles aux attaques saoudiennes. Mohammed Abdessalam, qui s’exprimait à l’occasion du 1er janvier 2017, a déclaré que le déplacement du front des combats et le transfert de la guerre au-delà des frontières du Yémen, ainsi que l’usage de missiles en guise de représailles, étaient totalement autorisés du point de vue religieux et juridique. « C’est notre devoir éthique, national et humain de nous défendre contre l’agression du régime saoudien », a-t-il fait savoir.

Et d’ajouter :

« Le Yémen est ravagé par une guerre qui lui a été imposée. Et c’est en toute conscience que le pays veut défendre son intégrité. Cette guerre a été décidée par les États-Unis. À présent, les Américains cherchent une solution diplomatique à la crise qu’ils ont engendrée ! Leurs efforts sont inutiles. »

Il s’est dit convaincu du fait que, « sans les États-Unis, l’Arabie saoudite n’aurait pas eu le courage de s’en prendre au Yémen. »

« Si les États-Unis s’étaient résolus à arrêter la guerre, les Saoudiens auraient déjà obéi aux ordres, même contre leur gré. Ils ont été entraînés dans une guerre périlleuse et perdue d’avance. La seule chose légitime est que le Yémen se défende face à cette agression américano-saoudienne », a-t-il poursuivi.

Le porte-parole d’Ansarallah, qui est également membre de l’équipe des négociateurs yéménites, a réaffirmé que le grand ennemi du Yémen était les États-Unis et a condamné la partialité de l’ONU et le mutisme de la communauté internationale face au massacre des civils et à la situation humanitaire catastrophique des enfants qui souffrent de famine. 

parstoday

Comments are closed.

  • Archives