site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Le camerounais Jacques TEMGO Guiffo, Fondateur de la start-up Afribaba, devant ses locaux au Seénégal le 06/10/2016..Photo/Jacques/A24M

Le camerounais Jacques TEMGO Guiffo, Fondateur de la start-up Afribaba, devant ses locaux au Seénégal le 06/10/2016..Photo/Jacques/A24M

Après le Cameroun, AFRIBABA ouvre ses portes au Sénégal

L’économie numérique reste l’un des rares secteurs dans lesquels l’Afrique a réussi à réduire son retard par rapport aux pays développés. En effet, au cours de la dernière décennie, l’on a assisté à une floraison de petites entreprises qui opèrent dans le secteur de l’économie numérique.

Ces business se développent généralement à l’initiative de jeunes africains issus de la diaspora qui essaient de dupliquer des business model  qu’ils ont eu l’opportunité de découvrir en occident. Pour mieux comprendre ce secteur, Africa24monde est aller à la rencontre de « Jacques TEMGO Guiffo » fondateur de la START-UP africaine  AFRIBABA, leader au Cameroun.

Africa24monde : Ça fait un an que Afribaba est implantée au Cameroun et partout en Afrique, peut on parler d’une réussite ?

J.T.Guiffo : De prime abord il convient d’apporter une précision. Afribaba en tant qu’entité morale fête son premier anniversaire sous la dénomination d’AFRIBABA SARL Unipersonnelle, mais le site est en ligne depuis 2011.

Pour revenir à votre question, il serait péremptoire de parler de réussite maintenant. Le e-commerce est encore dans sa phase embryonnaire dans la plupart des pays africains, par conséquent, réussir dans ce domaine demande de la patience et surtout de la détermination. Toutefois à ce jour , nous avons surpassés nos objectifs de démarrage au Cameroun et en Afrique.

A24M : Que pouvez vous nous dire des entreprises qui  vendent sur Afribaba ? ont-elles des soucis ?

JTG : Les annonceurs sur Afribaba se recrutent dans tous les secteurs d’activité de la société. Mais nous constatons une propension des PME, qui compte tenu de leur contrainte budgétaires, optent plus facilement pour la communication online qui est moins chère par rapport aux traditionnels médias de masse. Jusqu’à présent nos relations sont très cordiales avec l’ensemble de nos annonceurs, nous nous efforçons à répondre promptement à toutes leurs doléances et nous pouvons dire que nos annonceurs particuliers ou professionnels sont très satisfaits selon les retours et encouragements que nous recevons.

A24M : Le partenariat  Afribaba et Facebook a-t-il apporté des bons résultats ? si oui dans quel sens ?

JTG : Nous sommes très ravi de notre partenariat avec Facebook. En effet, dans tous les pays ou leur application freebasics.com a été lancée , nous avons enregistré un boom du trafic dans les sites des pays concernés (www.afribaba.com). Nous pouvons cités les pays de l’Afrique de l’ouest ou bien des pays de l’Afrique Australe.

A24M : Quels en sont les premiers résultats enregistrés chez Afribaba depuis son implantation en Afrique

JTG : A l’instar du Cameroun, ou nous avons ouvert notre premier bureau en Afrique, Afribaba est le site des petites annonces le plus visité. Nous enregistrons en moyen 400.000 visites et près de 5 millions de pages vues par mois au Cameroun seulement et www.afribaba.cm est leader dans les catégories Immobiliers, Automobile, Services et Offres d’emploi au Cameroun.

Mais aussi nous sommes en train de se faire une très belle place au Sénégal en gagnant le coeur des Sénégalais car nous avons ouvert un second bureau à mamelles (un quartier chic de Dakar). Et nous allons ainsi continuer la progression en Côte d’ivoire avec le troisième bureau que nous comptons ouvrir d’ici quelques semaines.

A24M : Afribaba a-t-elle de la  concurrence sur le marché africain ?

JTG : L’univers du e-commerce en Afrique est hyper concurrentiel. On dénombre une pléthore de sites internets dans ce domaine. Chacun y va de sa stratégie et de ses moyens.  Il convient de signaler que la plupart des leaders dans ce domaine sont des firmes multinationales qui disposent de gros moyens pour la mise en oeuvre de leur politique. Et pour tant, Afribaba, malgré les moyens modeste (comparé à celui des multinationales) à sa disposition parvient néanmoins  à se démarquer.

A24M : Le terme «émergence» est l’un des mots les plus employés au Cameroun actuellement. Afribaba a-t-elle sa place dans cette émergence?

JTG : Bien évidemment, Afribaba compte apporter sa modeste contribution pour l’atteinte de cet objectif. dans son discours du 10 février 2016 à l’adresse de la jeunesse Camerounaise, le Président Paul Biya avait relevé l’importance de l’économie numérique. Comme vous le constaté, nous n’avons pas attendu ce discours pour investir dans ce secteur.

Notre plate forme favorise la mise en relation des vendeurs et acheteurs sans pour autant prélever des commissions ni intervenir dans les transactions entre l’offre et la demande. Ce qui permet aux annonceurs de réaliser des bonnes affaires. Et lorsque les opérateurs économiques gagnent dans leurs business c’est l’économie nationale qui en bénéficie.

Africa24monde Par Tinno Mbang

http://africa24monde.com/economie/view/apres-le-cameroun-afribaba-ouvre-ses-portes-au-senegal.html

Comments are closed.

  • Archives