site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


L’armée algérienne a organisé cette semaine des exercices militaires pour se préparer à toute guerre éventuelle. (Photo d’archives)

L’armée algérienne a organisé cette semaine des exercices militaires pour se préparer à toute guerre éventuelle. (Photo d’archives)

Alors que le général libyen Khalifa Haftar vient de menacer Alger d’une action militaire, les dépêches depuis l’Algérie annoncent que l’armée du pays se prépare à une guerre terrestre.

Dans une déclaration le 8 septembre sur la chaîne qatarie Al-Jazeera, Khalifa Haftar avait accusé l’armée algérienne d’avoir fait incursion sur le sol libyen, menaçant d’entrer en guerre contre l’Algérie.

Le général libyen accuse l’Algérie « d’exploiter la situation sécuritaire en Libye pour envoyer des troupes sur son territoire » et dit être prêt à entrer en guerre contre Alger, rapporte le samedi 8 septembre Al-Jazeera.

En référence aux propos du général Haftar, la télévision algérienne al-Nahar a souligné : « Haftar sait très bien que la politique algérienne repose sur le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures autre des pays. L’Algérie n’intervient pas en dehors de son territoire. »

En réaction aux propos du général Haftar, l’armée algérienne a lancé une série d’exercices militaires et de simulation de guerre terrestre baptisée « Iktissah 2018 » (Invasion 2018), qui s’est déroulée le 11 septembre à Tindouf.

« L’exercice tactique, au cours duquel on a recouru à des balles réelles, s’est déroulé avec la participation des unités relevant du secteur opérationnel sud de Tindouf », précise un communiqué du ministère algérien de la Défense.

Le porte-parole officiel de l’état-major des forces armées libyennes, Ahmed al-Mesmari, a déclaré lors d’une conférence de presse le lundi 10 septembre que la Libye ne serait pas une source de menace pour ses voisins.

Il a déclaré que les forces armées algériennes étaient entrées « par erreur » sur les territoires libyens.

Selon Middle East Eye citant un cadre des services de renseignements algériens, le chef d’état-major de l’armée algérienne, Ahmed Gaïd-Salah, a tenu une réunion importante avec les forces spéciales à Biskra, dans le Sud-Est algérien, où il aurait exprimé ses craintes d’une « guerre » en Libye. « Il s’est aussi rendu à la frontière avec la Libye à deux reprises en quelques semaines pour des manœuvres militaires », ajoute Middle East Eye.

Selon des experts, les autorités d’Alger sont loin d’être surprises, elles qui ont procédé depuis déjà plusieurs semaines à des remaniements substantiels au sein de l’armée pour faire face à toute éventualité.

Presstv

Comments are closed.

  • Archives