site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Il va y avoir une extension des troupes d’occupations françaises, ­depuis le Mali jusqu’au Burkina Faso

Il va y avoir une extension des troupes d’occupations françaises, ­depuis le Mali jusqu’au Burkina Faso

Il va y avoir une extension des troupes d’occupations françaises, ­depuis le Mali jusqu’au Burkina Faso. Tout d’abord une opération aéroterrestre menée entièrement par les troupes françaises dans le Gourma, région malienne frontalière du Burkina Faso. Et aussi une opération majeure dans le nord du Burkina. La frontière malienne est passée.

Barkhane a donc amorcé son extension dans cette nouvelle zone très stratégique puisqu’elle se trouve à cheval sur trois régions maliennes (Gao, Tombouctou et Mopti) qui sont frontalières du Burkina. Les Français y ont récemment fait sortir de terre une base avancée, en périphérie de la ville de Gossi, à 150 km à l’ouest de Gao (nord). Après le Mali, c’est maintenant au tour du Burkina Faso de faire l’objet d’une invasion des troupes françaises. Cette opération est la première en terre burkinabé.

Des dizaines de blindés français ont convergé fin mars vers le camp de l’armée malienne à Hombori (80 km au nord de la frontière burkinabé).

Ce camp, cerné d’imposants massifs rocheux, a servi de point de départ pour lancer toutes les opérations nécessaires pour mener à bien le projet néocolonial. Cette opération, qui aurait en tout duré 10 jours, aurait servi à favoriser les déplacements des terroristes plutôt qu’à les neutraliser ou les tuer.

Pour rappel, c’est vers la fin du mois de novembre 2018 qu’une opération de la force Barkhane a eu lieu contre un camp présumé terroriste. Opération dont le gouvernement français avait vanté les mérites, tentant aussi de mettre en avant la mort d’un chef terroriste présumé, à savoir Amadou Kouffa.

Information qui a complètement été démentie, vu l’apparition d’Amadou Kouffa un mois plus tard dans une vidéo a complètement remis en question ces présumées opérations de Barkhane et son utilité en Afrique de l’Ouest. Le fait est que les terroristes s’enfoncent de plus en plus dans le territoire burkinabé.

Un haut gradé français a d’ailleurs affirmé que désormais Barkhane comptait s’installer durablement dans cette zone. « Avant, on a mis les pieds dans la région et on est ressortis. Là, on plante le drapeau et on y reste », résume-t-il.

Un discours qui en dit en long sur les intentions de la France envers le continent africain. Les opérations et les interventions sont plutôt rares, sauf quand il s’agit de faire bouger les groupes terroristes. Le projet des Occidentaux pour le Mali est un démembrement en trois parties du pays.

Mais pour ce qui est du Burkina Faso, il semblerait que le même plan soit envisagé, car le schéma concorde exactement avec celui du Mali.

Ce qui fait qu’il est fort possible que la prochaine cible soit la communauté peule, pour inciter les habitants de ces villages à fuir, laisser le terrain pour les troupes d’occupation occidentale et mettre aussi en place un projet de redécoupage du territoire.

Sauf qu’au Mali, la France a fait face à une forte résistance et à un nationalisme hors pair, qui a empêché le projet néocolonial de se mettre en place.

Par Regardsurlafrique Avec Presstv

Comments are closed.

  • Archives