site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Au Burkina Faso où les occupants occidentaux travaillent assidûment à la fabrique d'une guerre des religions en commettant par terroristes interposés

Au Burkina Faso où les occupants occidentaux travaillent assidûment à la fabrique d’une guerre des religions en commettant par terroristes interposés

Après leur enlisement total au Mali, où ils ont mis plus de 5 ans à déstabiliser le pays et à diviser le peuple à provoquer la violence inter-religieuse, interethnique et autres, la force d’occupation commence à revoir sa copie : et bien une présence militaire revendiquée telle que Barkhane a peu de chance d’aboutir. Essayons en une autre, placée sous une identité africaine.

Le projet G5 Sahel ayant du plomb dans l’aile, il faut trouver une autre façon de faire. Au Burkina Faso où les occupants occidentaux travaillent assidûment à la fabrique d’une guerre des religions en commettant par terroristes interposés des attaques contre les églises, les processions chrétiennes et autres, on nous apprend la création d’une force qui agirait sous l’appellation Doofu.

C’est un verbe peul qui signifie déraciner. Le choix de ce nom n’est pas innocent : en effet les Peuls, ce peule d’éleveur parfaitement pacifique qui vit depuis des décennies en parfaite harmonie avec les autres ethnies africaines, que ce soit au Mali ou au Burkina ou encore ailleurs occupe désormais une place centrale dans la stratégie de guerre occidentale.

En lui, les puissances occidentales voient surtout un « outil de guerre ». On se rappelle le terrible massacre au centre du Mali au cours duquel près de 300 Peuls ont été tués sur fond des rapports parfaitement partiaux diffusés par les médias mainstream lesquels accusaient les Dogons d’avoir commis le génocide. Et bien les Peuls n’y ont pas cru. Ils ont été blessés sans croire un seul instant que les Dogons avec qui ils vivent depuis des siècles se soient retournés sans raison aucune contre eux.

Il y a eu même des manifestations de solidarité à travers tout le Mali en faveur des peuls et les stratèges de guerre qui ont vite déchanté. Au Burkina ces mêmes stratèges changent donc d’angle de tir. Cette fois on ne tue pas les Peuls mais on crée une force composée de Peuls pour que ces derniers tuent. Avouons que c’est plus ingénieux.

Une dépêche tirée de Africain.info dit : “ « Après Otapuanu en mars 2019 à l’Est et au Centre-Est, une opération militaire d’envergure a été lancée par les Forces armées burkinabées dans les régions du Sahel, du Nord et du Centre-Nord », lit-on dans Africain.info. Cette opération a été nommée “Opération Doofu”, qui signifie “Déraciner” en langue Peul.

Reste à savoir si ce nouveau stratagème réussirait là où les autres stratagèmes ont échoué. Au Burkina où la coalition USA/OTAN/Israël a lancé sa première opération de débarquement d’envergure sous prétexte de vouloir libérer des otages, deux soldats français ont été tués . Ces meurtres on les a mis sur le compte comme toujours des terroristes. N’empêche que le Burkina est le pays de Sankara et Sanaka ne portait pas les occupants dans son cœur.

Par Regardsurlafrique avec Presstv

Comments are closed.

  • Archives