site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Démobilisation et Réintégration des ex-combattants sécessionnistes camerounais

Démobilisation et Réintégration des ex-combattants sécessionnistes camerounais

Le président du groupe parlementaire RDPC au Sénat Nfor Tabe Tando a déclaré être en négociations avec des séparatistes, qui ont révélé que plus de 500 d’entre eux abandonneraient bientôt leurs armes dans le centre de désarmement, de démobilisation et de réinsertion de la région.

Dans une interview téléphonique accordée à la radio d’Etat ce dimanche 26 mai, le sénateur a déclaré que les jeunes de sa région, Manyu Division, en avaient assez d’être trompés par des étrangers.

«La plupart des jeunes de la division Manyu, en particulier Eyumojock, le centre de la Mamfé et une partie d’Akwaya, comprennent maintenant qu’il leur est préjudiciable de continuer à aider, soutenir ou aider les garçons ou les filles qui vivent dans d’autres divisions ou zones ou même venir les tromper, car ils ont constaté les avantages évidents », a déclaré le sénateur, évoquant l’importance du centre de réintégration de Buea.

Il a évoqué les enjeux de la visite du Premier ministre Joseph Dion Ngute dans la région du Sud-Ouest, qui, selon lui, préoccupe sincèrement son peuple, car il n’a pas seulement veillé à ce que les séparatistes qui déposent leurs armes soient réinsérés dans la société , mais de sa propre initiative, il les aiderait à choisir leur métier ou leur éducation.

«Le centre consiste simplement à les amener à réintégrer la société et à sortir maintenant, ils auraient ce qu’ils pensent être capables de faire pour eux-mêmes. S’il faisait du commerce, on lui donnerait un peu d’argent pour continuer son commerce, s’il faisait de la volaille, il serait formé à l’élevage de volaille, à la menuiserie, à la couture, etc. C’est donc une opportunité pour eux « , a-t-il assuré.

«Jeudi 23, j’ai reçu un appel pour m’annoncer qu’ils étaient maintenant prêts à sortir. Je leur ai donc demandé d’aller voir le directeur responsable du centre de Buea. Et les garçons m’ont dit qu’ils étaient plus de 500, qui finiraient par sortir », a vanté le chef Manyu.

Cependant, il s’est associé au chef de l’Etat et au Premier ministre Dion Ngute pour demander aux séparatistes de déposer leurs armes et de se rendre. Pour lui, plus ces combattants restent dans la brousse, plus ils ratent plusieurs occasions et plus la communauté continue à vivre dans la peur.

Par Regardsurlafrique avec Africa24monde

Comments are closed.

  • Archives