site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Les Président Paul Biya (à Droite) et Muhammadu Buhari (à Gauche) | Ph: Archives

Les Président Paul Biya (à Droite) et Muhammadu Buhari (à Gauche) | Ph: Archives

Le Chef de l’État camerounais aurait joint par téléphone son homologue nigérian pour accorder leurs violons sur des mesures drastiques à prendre, aux fins de décimer les terroristes sécessionnistes qui ont érigé leurs bastions dans le territoire nigérian.

Les deux hommes d’État, rapporte L’Anecdote en kiosque ce 4 décembre 2017, soucieux d’en découdre définitivement avec ces «bandits sans foi ni loi», auraient trouvé un modus vivendi. Buhari aurait donc marqué son accord pour que les forces de défense camerounaises interviennent, sans autre forme de procès, dans son territoire.

Ainsi, depuis samedi dernier, indique le journal, les soldats camerounais sont entrés en action pour attaquer les terroristes dans leurs derniers retranchements.

«Pour l’instant, nous nous gardons, à dessein, de révéler les chiffres de cette opération kamikaze. Par ailleurs, il n’est pas exclu de faire venir à Yaoundé l’ambassadeur du Cameroun au Nigéria pour consultation. Et ce n’est pas tout. Les mesures présidentielles auront des répercussions dans toutes les zones et régions où prévaut l’insécurité», écrit l’Anecdote.

Entretemps, dans les régions du Sud-Ouest et Nord-Ouest, les forces de défense ratissent large. C’est la mobilisation tous azimuts. Plus que jamais, les deux régions sont sous haute surveillance. Une conséquence de la réunion sécuritaire du vendredi 1er décembre 2017 aux premières heures de la matinée, dans la salle de conférence du Ministère de la Défense.

Ont pris part à ce conclave sécuritaire, Jean Baptiste Bokam, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense en charge de la gendarmerie, Martin Mbarga Nguélé, délégué général à la sureté nationale les chefs d’états-majors centraux, des officiers généraux et commandants des quatre régions militaires interarmées, des officiers généraux et commandants de gendarmerie et les officiers supérieurs et commandants de certaines opérations particulières, notamment le commandant du Bir (Bataillon d’intervention rapide) et celui de la Gp (Garde présidentielle).

Pour Paul Biya, il est désormais clair qu’il s’agit d’«une bande de terroristes se réclamant d’un mouvement sécessionniste ». En chef militaire, il n’entend pas rester les bras croisés.

« Face à ces actes d’agression, je tiens à rassurer le peuple camerounais que toutes les dispositions sont prises pour mettre hors d’état de nuire ces criminels et faire en sorte que la paix et la sécurité soient sauvegardées sur toute l’étendue du territoire national», a conclu le numéro 1 camerounais.
Par Africa24monde Avec Sources

http://africa24monde.com/actualite/view/guerre-contre-les-terroristes-secessionnistes-paul-biya-et-muhammadu-buhari-se-concertent.html

Leave a Reply


  • Archives