site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Série de manœuvres et d’exercices de simulation dans le cadre du débarquement amphibie. Photo: illustration, cameroun-inside.com

Série de manœuvres et d’exercices de simulation dans le cadre du débarquement amphibie. Photo: illustration, cameroun-inside.com

Des échanges d’expériences à travers les opérations utiles à la lutte contre le terrorisme et la prévention contre les risques en mer, plus de deux cent élèves de l’École Militaire Inter Arme (EMIA) séjournent à Londji près de Kribi depuis le 9 Avril 2019. Ils apprennent à prendre contrôle d’un territoire occupé à partir des eaux.

C’est la deuxième étape d’une série de manœuvres et d’exercices de simulation dans le cadre du débarquement amphibie. En provenance de Limbe dans la région du Sud-ouest la traversée de la mer s’est faite de nuit. Cet exercice annuel de manœuvre amphibie est un module de formation de ces futurs cadres de l’armée camerounaise.

Pour le lieutenant colonel Richard Bayang Dikom représentant du Commandant de l’EMIA, “la manœuvre alligator consiste en une opération menée à partir de la mer mettant en oeuvre les forces terrestres, les forces maritimes et éventuellement les forces aériennes ayant pour objectifs le débarquement sur une côte adverse qui peut être tenue ou non par l’ennemi”.

L’exercice se tient en trois étapes pour autant de sites.Seules les forces terrestres et maritimes sont concernées pour le cas d’espèce. Selon le Capitaine de vaisseaux Divine Kome Kome superviseur de l’exercice, “ce que nous faisons c’est un assaut amphibie une opération qui consiste à embarquer les gens dans un pont ,à transiter par mer et aller sur une plage hostile permissible ou non permissible”.

Les deux cent seize élèves de cette promotion sont sous un double encadrement. Ce séjour va se refermer sur des opérations d’infiltration et de reconnaissance sur plusieurs kilomètres sur terre.

Par Consty ZANG à Kribi

« Il faudra aussi noté qu’en 2017, un bâtiment de guerre battant pavillon espagnol Infanta Cristina avec à son bord plus de 100 membres de l’équipage, avait accosté dans les encablures du port de Douala, pour une série de manœuvres militaires avec la marine nationale camerounaise dans le cadre d’une mission de sécurisation de l’espace maritime du géant de la zone Cemac. »

Regardsurlafrique avec Africa24monde

Comments are closed.

  • Archives