site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


coopération entre l’Arabie saoudite et le Maroc

coopération entre l’Arabie saoudite et le Maroc

Coopération Riyad/Rabat en Afrique

La récente coopération entre l’Arabie saoudite et le Maroc, sans coordination avec Le Caire, a provoqué la colère des autorités égyptiennes.

La récente coopération entre l’Arabie saoudite et le Maroc, sans coordination avec Le Caire, pour augmenter leur influence en Afrique, notamment dans les pays qui étaient déjà dans la zone d’influence de l’Égypte, a provoqué la colère des autorités égyptiennes, d’autant plus que les Émirats arabes unis cherchent à les rejoindre.

Selon le journal al-Akhbar, l’annonce de la décision saoudienne de vouloir construire une base militaire à Djibouti n’était pas inattendue pour les autorités du Caire, qui étaient au courant des détails des rencontres secrètes des Saoudiens avec les responsables de certains pays africains.

L’Érythrée, l’Éthiopie, la Somalie et l’Ouganda ont été parmi les pays dont les autorités se sont rendues à plusieurs reprises à Riyad pour mener des discussions d’ordre militaire et politique avec les Saoudiens.

En échange, les responsables saoudiens leur ont promis des aides financières considérables. D’après la partie égyptienne, il y a une coopération de grande ampleur entre Rabat et Riyad pour augmenter leur zone d’influence en Afrique, d’autant plus que ces coopérations interviennent simultanément à la réintégration du Maroc au sein de l’Union africaine après trois décennies de suspension.

Ce faisant, le roi du Maroc Mohammed VI cherche à réhabiliter la place de son pays parmi les États de la Corne de l’Afrique ; c’est pourquoi il s’est rendu dans certains pays africains.

Tout porte à croire qu’en échange de la présence militaire des pays africains au Yémen, l’Arabie saoudite leur a promis des millions de dollars d’aides financières.

En outre, Riyad envisage de construire une base militaire à Djibouti pour superviser la circulation des navires et faire face à ce qu’il appelle « le danger et la menace de l’Iran ».

L’Arabie saoudite a aussi promis à Djibouti d’investir largement dans son secteur agricole dans les prochains mois. Entre-temps, l’accueil accordé par le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à son homologue érythréen était porteur d’un message à l’Arabie saoudite : elle doit informer Le Caire de ses agissements en Somalie et en Érythrée, qui sont dans la zone d’influence de l’Égypte.

Mais les autorités somaliennes ont confié à leurs homologues égyptiens que l’Arabie avait intensifié récemment ses investissements en Somalie.

Dans l’optique de l’Égypte, la concomitance des agissements saoudiens avec les tensions entre Riyad et Le Caire ne fera qu’accroître l’animosité entre ces deux pays, d’autant plus que chacun s’attend à ce que l’autre s’excuse.

Dans ce contexte, le président égyptien a chargé son ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, de se rendre bientôt dans quelques pays africains. Lui-même va participer au sommet des pays africains qui aura lieu en janvier 2017.

Cela dit, il semble que Le Caire cherche une certaine coordination avec les capitales africaines et une convergence de leurs positions régionales et internationales communes.

Un point qui mérite réflexion est que, simultanément aux coopérations du tandem Maroc-Arabie saoudite, les Émirats entendent investir en Afrique.

http://parstoday.com/fr/news/africa-i22978-coop%C3%A9ration_riyad_rabat_en_afrique

Leave a Reply


  • Archives