site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


« Bassam était surveillée, nous étions informés » affirme Hamed Bakayoko

« Bassam était surveillée, nous étions informés » affirme Hamed Bakayoko

Côte d’Ivoire: « Bassam était surveillée, nous étions informés » affirme Hamed Bakayoko

«Ces terroristes vont comprendre que la Côte d’Ivoire n’est pas une terre où ils peuvent prospérer… Il n’y aura jamais en Côte d’Ivoire une faillite des systèmes de sécurité »

Hamed Bakayoko, après un bref communiqué lu sur la télévision nationale dans les heures qui ont suivi l’attaque, était encore sur le plateau du « 20 heures », cette fois pour expliquer plus longuement ce qui s’est passé à Bassam.

Après avoir confirmé le bilan fourni par le président Ouattara, le qualifiant de partiel, Hamed Bakayoko est monté sur ses grands chevaux pour exprimer son satisfecit total sur le déroulement de la contre-offensive engagée par les forces de sécurité ivoiriennes, devant le déluge de feu des terroristes.

Pour lui, s’il y a eu 16 morts (civils et militaires confondus), cela est dû à l’anticipation des autorités ivoiriennes. Sinon, pense-t-il, ce bilan aurait été plus catastrophique que celui-ci. Il peut vanter dès lors la capacité de réaction des forces armées ivoiriennes. « Ce ne sont pas les terroristes qui vont nous arrêter. C’est trop facile. Chacun de nous doit s’armer de courage pour apporter son soutien à ses parents qui sont affectés mais surtout nous devons être très forts et nous devons être debout ! C’est là la force d’un peuple.

Depuis quelque temps nous sommes informés, nous avons déjoué un certain nombre de tentatives importantes et je pense que nos ennemis, ces terroristes vont comprendre que la Côte d’Ivoire n’est pas une terre où ils peuvent prospérer », a-t-il commenté en invitant les Ivoiriens à compter sur leur gouvernement. Hamed Bakayoko ajoute que Bassam était surveillé et cela a permis la réaction des forces ivoiriennes, 45 mn après le début des attaques.

« Il n’y aura jamais en Côte d’Ivoire une faillite des systèmes de sécurité. La Côte d’Ivoire ne sera pas le pays où tous les jours on parle d’attentats », a-t-il tenté de rassurer.

       Connection Ivoirienne 

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-23101.html

Leave a Reply


  • Archives