site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Des accusés avant le début de leur audition dans le cadre du procès de l'ex-Première dame ivoirienne Simone Gbagbo, à Abidjan, le 6 janvier 2015 ©AFP

Des accusés avant le début de leur audition dans le cadre du procès de l’ex-Première dame ivoirienne Simone Gbagbo, à Abidjan, le 6 janvier 2015 ©AFP

Le procès de l’ex-Première dame ivoirienne Simone Gbagbo, accusée d’ »atteinte à la sûreté de l’Etat », a repris mardi à Abidjan avec le début de l’audition de six de ses co-accusés, après une semaine d’interruption.

Simone Gbagbo, principale figure de cet important procès pour le pays ouest-africain qui a connu plus d’une décennie de violences, n’était pas présente à la Cour d’assises, de même que plusieurs de ses co-accusés.

Mme Gbagbo, 65 ans, est jugée depuis le 26 décembre 2015 aux côtés de 82 co-accusés pour son rôle présumé dans les violences meurtrières de la crise postélectorale de 2010-2011, qui fit 3.000 morts et s’acheva par l’arrestation du couple présidentiel.

L’audience a repris mardi matin peu avant 11 H (locales et GMT) avec l’audition des premiers accusés, six hommes, présentés comme des « miliciens ».Ils sont arrivés dans la salle d’audience, menottes aux poignets.Quatorze témoins ont été présentés à la barre.

La police était visible tout autour de la salle, dans la cour du tribunal et à l’extérieur.

Le premier accusé appelé à la barre, est un homme de petite taille, tout de blanc vêtu, le visage couvert d’une énorme barbe.Il se nomme Jean-Marius Kéipo, alias « Petit marteau », né en 1976.

Kéipo est poursuivi pour « atteinte à la défense nationale, constitution de bandes armées, participation à un mouvement insurrectionnel, troubles à l’ordre public, coalition de fonctionnaires de rébellion, tribalisme et-xénophobie ».

« Je ne reconnais pas les faits.Je suis une victime de cette crise », a-t-il répondu à l’acte d’accusation.

« Surnommé général brûleur » par l’accusation, il a été arrêté en mars 2012.Dans sa voiture, « on a retrouvé quatre bidons d’essence ». »Non, ce sont des bidons d’eau », répond-il au président de la cour, Taïrou Dembélé.

Sous le flot des questions de la Cour, Jean-Marius garde sa sérénité.

« Je ne les ai pas tués », répond-t-il à l’avocat général qui lui demande « qui a tué » certaines des victimes des violences.

L’ex-Première dame ivoirienne est également réclamée par la CPI, qui l’accuse de « crimes contre l’humanité » commis durant la crise postélectorale, à l’instar de son mari, Laurent Gbagbo, emprisonné depuis trois ans et en attente de jugement.

Mais Abidjan refuse son transfèrement à La Haye, arguant qu’il affecterait le processus de réconciliation nationale et que la justice ivoirienne est désormais en mesure d’organiser un procès équitable.

Africa1.com        Abidjan (AFP)

 

 

Comments are closed.

  • Archives