Lady Diana

Lady Diana

Et si le père de Dodi al-Fayed avait raison ? Samedi, Scotland Yard affirmait, par voie de communiqué, qu’elle était en train « d’examiner des informations qui lui ont été récemment communiquées concernant ces décès (de Lady Diana, Dodi al-Fayed et le chauffeur Henri Paul, NdlR) «  et qu’elle « évaluait leur pertinence et leur crédibilité. L’évaluation sera effectuée par des enquêteurs spécialisés de la police criminelle ».

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe en Grande-Bretagne. Et, même si la police britannique a refusé d’apporter le moindre détail sur ces nouveaux éléments d’informations, certains quotidiens londoniens estiment que tout vient du récent procès d’un certain Danny Nightingale, tireur d’élite pour les SAS (Special Air Services – les troupes d’élite de l’armée britannique), pour possession illégale d’armes.

Lors de ce procès, un témoin – également membre des SAS et baptisé soldat N – aurait confié à son ex-femme que son unité d’élite avait organisé l’assassinat de Lady Diana. Puis avait étouffé l’affaire… Ce sont les anciens beaux-parents du soldat N qui auraient livré cette version.

La chaîne Sky News faisait quant à elle référence au carnet intime de la princesse… La police britannique n’a évidemment fait aucun commentaire. Elle s’est simplement contentée de préciser qu’il n’était pas question, pour l’instant, de « rouvrir l’enquête » et que ces éléments ne relevaient pas de l’opération Paget, nom donné à la nouvelle enquête sur la mort de Diana lancée en 2004.

Ce week-end , toutes les portes sont restées closes. Les princes William et Harry n’ont fait aucun commentaire, de même que les services du prince Charles et le ministère de la Défense. Seul le porte-parole de Mohammed al-Fayed (le père de Dodi) a réagi, déclarant brièvement qu’il serait « intéressé de voir les résultats » de l’étude de ces nouvelles informations.

Pour mémoire, le père de Dodi al-Fayed a toujours défendu la thèse de l’assassinat fomenté par le prince Charles, qui n’aurait pas supporté que Diana épouse un musulman. Théorie systématiquement écartée par les diverses enquêtes menées par les policiers français et britanniques.