site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Près de 35 000 personnes se sont spontanément rassemblées place de la République à Paris, le 7 janvier, à la suite du massacre perpétré au sein de la rédaction de l'hebdomadaire Charlie Hebdo. AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET

Près de 35 000 personnes se sont spontanément rassemblées place de la République à Paris, le 7 janvier, à la suite du massacre perpétré au sein de la rédaction de l’hebdomadaire Charlie Hebdo.
AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET

Une fusillade a éclaté au siège de l’hebdomadaire satirique «Charlie Hebdo» ce mercredi 7 janvier à la mi-journée. Des hommes armés ont pénétré dans les locaux, et ont tiré avec des armes automatiques, avant de s’enfuir. Le parquet fait état de 12 morts. Le président Hollande s’est rendu sur les lieux. Un des assaillants a crié : « Le prophète est vengé ! » Les dessinateurs Cabu, Charb, Tignous et Wolinski figurent parmi les victimes.

Article régulièrement actualisé. Heures données en temps universel (TU)
Edition spéciale sur RFI de 17h à 20h (TU)

L’essentiel :

Une fusillade a éclaté entre 11h et 11h30 dans les locaux de Charlie Hebdo

■ Le parquet de Paris fait état de 12 morts. Des blessés sont entre la vie et la mort

■ Le président Hollande est venu sur les lieux et s’est exprimé, évoquant un « attentat terroriste »

■ Un des assaillants aurait crié : « Le prophète est vengé ! », selon un témoin cité par une source policière

■ Les dessinateurs Cabu, Charb, Tignous et Wolinski sont morts

■ La police active un numéro vert, 08 05 02 17 17 ; le plan Vigipirate a été relevé à son niveau maximal « alerte attentat » à Paris

——————–

20h50 : La police française recherche deux frères, d’un trentaine d’années et un individu plus jeune après l’attentat qui a fait 12 morts et 11 blessés mercredi au siège du journalCharlie Hebdo, à Paris, ont indiqué des sources policières à Reuters.
De même source, on précise que les deux frères sont originaires de Paris et que l’un d’eux a déjà été condamné dans le cadre d’une affaire de terrorisme. Le troisième suspect serait originaire de la région de Reims où, selon le quotidien régional l’Union, des perquisitions ont été menées.

20h18 : la cathédrale Notre-Dame de Paris sonnera le glas ce jeudi midi. « La messe qui suivra cela célébrée en pensant aux victimes et à leurs familles », ajoute l’évêché dans un communiqué.

19h : François Hollande en direct : « rassemblons-nous !». Lors d’une allocuation télévisée prononcée en direct, le président français a décrété une « journée de deuil nationale », demain jeudi 8 janvier, après avoir condamné ce « lâche attentat » ; « notre meilleure arme, c’est l’unité. Rien ne doit nous séparer. » « Demain, je réunirai les présidents des deux assemblées. » Les drapeaux seront en berne pendant trois jours.

18h36 : Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne discuteront de la lutte contre le terrorisme lors de leur prochaine réunion le 19 janvier, a fait savoir Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne.

18h : Les derniers chiffres indiquent qu’environ 100 000 manifestants sont descendus dans les villes de France : 35000 à Paris selon la police, 10 000 à Lyon, Toulouse, Rennes, Bordeaux, Nice… « Le calme domine », constate notre envoyé spécial sur place Daniel Vallot. « Les gens se taisent ou discutent à voix basse. Liberté d’expression sont les termes que l’on entend dans toutes les bouches. »

17h00 : Le Parti socialiste, le Parti communiste français, Europe Ecologie-Les Verts et le Mouvement républicain et citoyen appellent à une « marche républicaine » samedi 10 janvier à 15h à Paris ; une nouvelle réunion de crise est prévue à l’Elysée à 7h30 ce jeudi matin.

16h50 : à Paris, les sociétés de journalistes de très nombreux médias, dont RFI, ont publié un communiqué pour condamner fermement l’attentat : « Nous sommes tous des Charlie ».

16h40 : François Hollande s’est rendu à la cellule d’urgence médico-psychologique.

16h30 : Le ministère de l’Intérieur annonce que près de 500 CRS et gendarmes mobiles ont été déployés en renfort à Paris.

16h00 : Des rassemblements se sont très vite organisés dans plusieurs villes de France. Le Syndicat national des journalistes (SNJ) appelle toutes les rédactions à observer une minute de silence et à un rassemblement citoyen grossit place de la République à Paris. Des milliers de personnes, dont beaucoup de journalistes, sont présentes. Mais l’émotion est internationale. Un rassemblement aura lieu à Trafalgar Square, à Londres. Ban-Ki-moon, Barack Obama, David Cameron, Angela Merkel, parmi d’autres, ont réagi.

15h55 : les drapeaux sont mis en berne sur l’Elysée, l’Assemblée nationale et le Sénat

15h41 : le procureur de la République de Paris tiendra une conférence de presse à 16h45.

15h37 : le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone et les présidents de groupes politiques appellent à « l’union nationale ».

15h10 : Le mode opératoire des tueurs impliqués dans l’attentat contre l’hebdomadaire français Charlie Hebdo, leur calme, leur détermination et leur efficacité, est la marque d’hommes ayant subi un entraînement poussé, de type militaire, ont affirmé à l’AFP des sources policières.

Le boulevard Richard-Lenoir est toujours bloqué à la circulation ; la sécurité est renforcée dans de nombreux lieux publics – gares, grands magasins (dont certains ont fermé leurs portes) ; le plan Vigipirate est passé au niveau maximal « Alerte attentat ».

LE SIÈGE DE CHARLIE HEBDO

14h47 : Bernard Maris, économiste et chroniqueur sur France Inter, fait partie des victimes, a indiqué Radio France.

Par RFI

 

 

Comments are closed.

  • Archives