site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le patriarche copte Tawadros II, lors de la messe de Noël à la cathédrale Saint-Marc du Caire, le 6 janvier 2015. REUTERS/Al Youm Al Saabi Newspaper

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le patriarche copte Tawadros II, lors de la messe de Noël à la cathédrale Saint-Marc du Caire, le 6 janvier 2015.
REUTERS/Al Youm Al Saabi Newspaper

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a fait une visite impromptue à la cathédrale copte Saint-Marc du Caire en pleine messe de Noël. Un geste sans précédent de la part d’un président égyptien qui a été applaudi par les Coptes, mais qui a déplu aux islamistes.

Correspondant au Caire,Alexandre Buccianti

Les Coptes abordaient cette fête de Noël avec des sentiments mitigés. D’un côté il y avait la satisfaction d’avoir été délivrés du cauchemar Frères musulmans, mais de l’autre, celui de vivre toujours sous la menace des islamistes. Coptes enlevés en Libye, églises brûlées par les islamistes et toujours pas restaurées, policiers tués à la veille de Noël devant l’église qu’ils gardaient à Minya, en Moyenne-Egypte.

C’est dans ce contexte, alors que la messe venait tout juste de commencer mardi, que le président al-Sissi leur a rendu visite. « Il est important que le monde nous voie comme « les Egyptiens », a-t-il déclaré. Et vous noterez que je ne dis que « les Egyptiens ». Il n’est pas acceptable que quelqu’un demande : tu es un Egyptien de quelle religion ? »

Si pour les Coptes et les musulmans modérés ce message d’égalité dans la citoyenneté est à marquer d’une pierre blanche, c’est une trahison pour les islamistes. Certains n’hésitent pas à traiter Abdel Fattah al-Sissi d’apostat sur les réseaux sociaux.

Par RFI

 

 

One Response so far.

  1. diouf ousmane dit :

    les africains: toujours entrain de nourrir des faux problème qui n’avance en rien l’economie ou encore la stabilité d’un pays.

Leave a Reply


  • Archives