site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Denis Sassou Nguesso

Denis Sassou Nguesso

En quoi un rassemblement « pour la Démocratie » au Congo peut-il être différent des autres rassemblements « pour la Démocratie » ?

Après les élections présidentielles en République du Congo, le 20 mars 2016, et la réélection du président sortant Denis Sassou Nguesso, l’ancienne ministre du Commerce du même président et ancienne candidat aux mêmes élections, entrée dans l’opposition, appelle les Congolais à se rassembler pour «défendre la liberté, la démocratie, la République, et l’unité nationale». Le rassemblement devrait avoir lieu la veille de l’investiture de Sassou Nguesso, prévue le Samedi 16 Avril.

Il ne se passe pas de semaine sans qu’il y ait une élection en Afrique. De même, il ne se passe pas de semaine sans réclamations contres des fraudes électorales en tout genre. Depuis l’accès à l’indépendance des pays Africains, pratiquement toutes les élections ont donné matière à suspicion. En Europe ou aux Etats-Unis, il existe un très fort consensus autour du fait que seul le résultat final compte. Nous avons eu une illustration de cette discipline consensuelle avec la première élection de George Bush, où la fraude était évidente. En Occident, il en va des élections comme les matchs sportifs; les erreurs et les injustices de l’arbitre disparaissent à partir du moment où le résultat est affiché.

En Afrique et dans beaucoup d’autres pays, la suspicion, réelle ou créée, sert toujours un levier pour déclencher une annulation du scrutin, ou une destitution du président nouvellement élu, si celui-ci ne correspond pas aux désirs des multinationales présentes dans le pays ou aux souhaits des grandes puissances occidentales. L’Afrique va même plus loin. Devant une réélection assurée d’un président sortant, la suspicion de fraude est de mise avant même le scrutin, poussant l’opposition à le boycotter.

Quand il s’agit d’un président adoubé par les puissances occidentales, les mouvements de contestation ne vont jamais bien loin. N’ayant presque jamais les supports nécessaires à un mouvement de contestation, les mécontentements restent épars, à l‘échelon individuel ou de groupuscules faciles à réprimer et vite réprimés dans le silence général. Il en est tout autrement pour les présidents déjà désignés comme « dictateurs » par la presse internationale, dont on sait qu’elle ne désigne ainsi que les dirigeants qui ont quelques comptes à régler avec les puissances occidentales. Pour ces « dictateurs », toute manifestation demandant leur départ relève de la « défense de la Démocratie », et bénéficiera de tous les supports possibles. Cela s’est vérifié partout, depuis des décennies.

Le Congo sera-t-il une exception ? Certains Congolais, militants de l’opposition, pourront le penser. Le propre du militant d’un mouvement ou d’un parti politique est de se battre au quotidien derrière son ou ses leader(s), sans se poser trop de questions distantes. Mais, de l’extérieur, à moins de considérer le Congo comme un pays exceptionnel et hors normes, la question est tout à fait justifiée. Madame Claudine Munari, l’ex ministre de Sassou Nguesso, qui veut « défendre la liberté, la démocratie, la République, et l’unité nationale », agit-elle par conviction, ou reçoit-elle des directives de l’extérieur ?

A l’heure où de plus en plus d’Européens constatent que leurs » démocraties » sont des mots vides de sens, ou n’ont de sens que quand tout va bien dans le meilleur des mondes et qu’aucune question à ce sujet n’a lieu d’être, les Africains s’acharnent à vouloir reproduire cette démocratie à l’européenne, c’est-à-dire une démocratie réduite à un ou deux jours tous les cinq ans, qui ne marchera pas plus chez eux. Les Iraniens ont une démocratie adaptée à leur civilisation, les Russes sont en train de réinventer la leur. Pourquoi les Africains ne créeraient-ils pas des formes de démocratie sur la base de leurs civilisations, de leurs cultures et de leur(s) Histoire(s) ?

Avic – Réseau International

http://reseauinternational.net/en-quoi-un-rassemblement-pour-la-democratie-au-congo-peut-il-etre-different-des-autres-rassemblements-pour-la-democratie/

Leave a Reply


  • Archives