site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


L'exercice anti-sous-marin «Dynamic Mangoose» en mer du Nord, au large des côtes norvégiennes ©Reuters, illustration

L’exercice anti-sous-marin «Dynamic Mangoose» en mer du Nord, au large des côtes norvégiennes ©Reuters, illustration

L’Europe semble donner un coup d’accélérateur à la mise en vigueur de la résolution anti-russe entérinée en mars dernier. Le projet de la participation de l’Europe aux exercices militaires américains avec la composante nucléaire près du territoire russe pourrait s’expliquer par la récente volte-face de l’Europe. Ceci a évidemment conduit Moscou à réagir en prévenant l’Europe du risque de tout agissement militaire suspect aux côtés des Américains aux portes de la Russie.

« Les chancelleries européennes doivent éviter toute participation aux exercices américains avec composante nucléaire non loin des frontières russes qui pourraient avoir des conséquences irréparables pour elles », a averti Vladimir Ermakov, avant d’affirmer qu’une telle approche ne mènerait en rien à la diminution des tensions en Europe.

Les exercices américains menés aux portes des Russes pourraient avoir des conséquences irréparables. L’Europe doit être consciente de tout risque que représente une participation européenne à des « démarches complètement folles », a indiqué le directeur du Département pour la non-prolifération et le contrôle des armements du Ministère russe des Affaires étrangères, Vladimir Ermakov lors de son entretien à Sputnik.

« Les exercices avec composante nucléaire près des frontières russes ne contribuent pas à la diminution des tensions en Europe et peuvent volontairement ou involontairement mener à des conséquences catastrophiques. Les capitales européennes doivent prendre conscience des risques que représente une participation à des démarches complètement folles », a-t-il expliqué.

Le mardi 12 mars, les Eurodéputés ont ratifié une résolution en vertu de laquelle Moscou ne serait plus considéré comme partenaire stratégique de l’Europe, au risque d’attiser la tension avec la Russie datant de 2015. 

Par Regardsurlafrique avec Presstv

Comments are closed.

  • Archives