site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Des policiers affrontent les manifestants dans le centre-ville de Lyon, le 15 décembre 2018. ©AFP

Dans un communiqué, le syndicat Alliance a demandé aux fonctionnaires de la police nationale d’observer une « journée noire » dans toute la France. Il entend ainsi protester contre le budget 2019 des forces de sécurité qui doit être adopté jeudi.

Un syndicat de police appelle à une « journée noire » mercredi et demande aux policiers de ne pas sortir des commissariats.

Le syndicat Alliance-Police nationale en déclarant un état d’alerte à travers le pays a fait part de la baisse du moral des policiers.

« Les policiers sont à bout et ne bénéficient d’aucune reconnaissance, UNITÉ SGP POLICE/FMSI-FO annonce solennellement l’ACTE 1 de la colère des forces de l’ordre », a ainsi publié le syndicat de police labellisé FO.

Expliquant que malgré leurs « appels répétés au président de la République, d’annoncer un plan d’urgence pour les forces de sécurité », aucune décision en ce sens n’a pour l’heure été communiquée par l’exécutif, Alliance Police Nationale demande aux députés « de ne pas voter ce budget en l’état ».

« Si un effort conséquent n’était pas fourni dès le 1er janvier 2019 et si le président de la République n’annonce pas rapidement un « plan Marshall » pour la police nationale, d’autres types d’actions seraient alors mis en œuvre », fait en outre savoir le syndicat.

Après cinq semaines de manifestations du mouvement anticapitaliste en France et de protestations massives contre les politiques du gouvernement Macron, les forces de police ne tolèrent plus la pression physique et psychologique.

Le syndicat Alliance-Police a annoncé que le nombre d’heures supplémentaires non payées au personnel hospitalier et non récupérées s’élèverait désormais à 23 millions.

Lors de manifestations du mouvement des Gilets jaunes, 8 personnes ont été tuées tandis que plus de 7 000 autres ont été blessées dont des policiers ou arrêtés.

Le mouvement des Gilets jaunes a débuté le 17 novembre dernier en France. Les manifestants protestaient au départ contre la hausse du prix des carburants, mais peu à peu leurs revendications sont devenues anticapitalistes discréditant ainsi la démocratie libérale en Europe.

La répression des protestataires contre les politiques économiques du gouvernement de Macron a été largement répercutée par les médias à travers le monde, mais les organisations de défense des droits de l’homme se sont tues face à la violence policière en France.

Par Regardsurlafrique Avec Presstv

Comments are closed.

  • Archives