site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


 Le Professeur Lee White,53 ans,est né en Grande-Bretagne, responsable de l'Agence nationale des parcs nationaux du Gabon (ANPN) KAREL PRINSLOO / AFP

Le Professeur Lee White,53 ans,est né en Grande-Bretagne, responsable de l’Agence nationale des parcs nationaux du Gabon (ANPN) KAREL PRINSLOO / AFP

Coup d’état à la Britannique ?

Au Gabon, récemment, le vice-président, Pierre Claver Maganga Moussavou et le ministre des Forêts, Guy Bertrand Mapangou ont été limogés. Ces limogeages ont été annoncés par un communiqué de la présidence gabonaise. Les raisons exactes n’ont pas été évoquées mais les accusations des médias mainstream ont très vite été tournées vers les Chinois.

Alors qu’aucune preuve n’a pu être fournie concernant l’implication de la Chine dans cette affaire, une information pourrait bien donner quelques éclaircissements sur les réelles causes du déclenchement de ce scandale.

Le président gabonais, Ali Bongo Odimba, a créé la surprise en propulsant à la tête du ministère gabonais des Forêts, un Britannique naturalisé gabonais appelé Lee White et réputé pour être un écologiste intransigeant ; une nomination audacieuse et inédite en Afrique.

Mais qui est ce Lee White ? Voici sa biographie selon Cameroon Voice :

Naturalisé Gabonais en 2008, Lee White, 53 ans, est né à Manchester et a grandi en partie en Ouganda. Titulaire d’un doctorat en zoologie après une thèse sur la réserve de faune de Lopé-Okanda au Gabon, il est décoré en 2010 par la reine Elizabeth II pour « services à la protection de la nature en Afrique centrale ».

Mais que vient faire un Britannique au sein du gouvernement gabonais ? Cette décision devient encore plus étrange quand on regarde la réaction américaine ! Et il est utile de rappeler que la méfiance est de mise pour ce qui régale les Américains!

« Cette nomination ne peut être qu’une bonne nouvelle pour le monde des protecteurs de l’environnement au Gabon », se réjouit le directeur de l’ONG américaine de défense de l’environnement, WCS au Gabon, Gaspard Abitsi.

En effet ce n’est pas la première fois que le Gabon est la cible d’une ingérence et d’un « coup d’état » signé du camp atlantiste. C’était en janvier dernier, après plusieurs mois d’absence du président gabonais qu’une tentative de coup d’État militaire a eu lieu au Gabon lorsque 5 personnes habillées en militaire ont pris d’assaut un studio d’une chaîne nationale, 2 jours après l’arrivée d’un contingent américain. Ce qui a par ailleurs, permis à la France de renforcer sa présence militaire sur place avec un renfort supplémentaire de 400 militaires pour l’occasion.

Seulement deux jours avant ce coup d’État manqué, un commando français composé de 11 mercenaires avait débarqué au Gabon et les USA avaient fait état de leur intention de déployer des militaires au Gabon, prétextant une éventuelle instabilité en RDC lors des élections présidentielles.

La nomination d’un Britannique au sein du gouvernement gabonais semble prédire une nouvelle étape concernant les exportations du Gabon. En l’occurrence, c’est la Chine qui semble être visée. En effet, le secteur forestier du pays représente, hormis les hydrocarbures, 60 % du PIB du pays. Ce qui montre bien que ce secteur est très important pour le Gabon.

La nomination de ce nouveau ministre, Lee White, à la tête du ministère gabonais des Forêts, n’est pas si anodine que cela. Et pourquoi pas, un Britannique à la présidence gabonaise ?

Par Africa24monde Avec Presstv

Comments are closed.

  • Archives