site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Les Marocains ont-ils fait échouer la tentative de Putsch contre Ali Bongo ?

Le chef de la diplomatie marocaine a catégoriquement démenti les accusations quant à l’intervention d’éléments de l’armée de son pays pour faire échouer la tentative de coup d’État du lundi 7 janvier au Gabon, selon l’AFP.

Face aux allégations de participation d’éléments de l’armée marocaine à la mise en échec de la tentative de coup d’État au Gabon, Nasser Bourita, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a réfuté catégoriquement ces accusations dans une déclaration à l’AFP, le 8 janvier. La rumeur a surtout été alimentée par les journaux gabonais, évoquant la présence en villégiature au Gabon du roi Mohammed VI.

« Il n’y a aucune présence militaire marocaine au Gabon », a déclaré le ministre en exprimant son étonnement face à cette rumeur.

Selon le journal arabophone marocain Al-Ahdath al-Maghribia dans son édition de ce jeudi 10 janvier, ce qui a également alimenté la rumeur de cette supposée intervention de l’armée marocaine c’est la présence du président gabonais en convalescence au royaume chérifien, et ce depuis deux mois et demi. En effet, victime d’un accident vasculaire cérébral le 24 octobre 2018, lors de sa participation à un forum économique international en Arabie saoudite, Ali Bongo Ondimba a été transféré au Maroc, pour recevoir des soins à l’hôpital militaire d’instruction Mohammed V de Rabat.

Un commando de plusieurs personnes s’est emparé lundi matin de la radiotélévision nationale gabonaise pour lire un message appelant le peuple à « se soulever » et annonçant la prochaine mise en place d’un « conseil national de restauration » de la démocratie, en l’absence du chef de l’État. Les militaires ont « séquestré cinq journalistes et techniciens » à la radio, d’après un communiqué de la présidence gabonaise.

La tentative de coup d’État avorté a été fermement condamnée par l’ONU, l’Union africaine, l’Union européenne et la plupart des pays africains, dont le Maroc. Surtout que cette tentative de putsch a ciblé un pays réputé pour être l’un des plus stables de la région, selon l’AFP.

Par Regardsurlafrique Avec Presstv

Comments are closed.

  • Archives