site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


 Le président tchadien, Idriss Déby

Le président tchadien, Idriss Déby

Dans une interview exclusive accordée à RFI et à France 24, ce mercredi, le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, s’exprimait pour la première fois sur la récente tentative présumée de coup d’État contre lui.

Fin décembre, le gouvernement équato-guinéen a en effet révélé avoir déjoué un coup d’Etat sur la partie continentale du pays, après qu’une trentaine d’hommes armés ont été interpellés au Cameroun.

Selon le président Obiang Nguema, ces mercenaires ont notamment été recrutés au Tchad et en Centrafrique. Dans cette interview, le chef d’Etat équato-guinéen refuse d’exclure la possibilité que le président tchadien Idriss Deby ait été au courant.

« Ne lui faisons pas dire ce qu’il n’a pas dit. L’enquête se poursuit », estime pour sa part Chérif Mahamat Zene, le ministre tchadien des Affaires étrangères : « Il ne faudrait pas qu’on se focalise uniquement sur ces mercenaires qui sont arrêtés. Derrière ces individus, qui se cache ? Qui sont les vrais commanditaires ? Où se trouvent-ils ? Dans quel pays ? Quelle est effectivement l’ampleur de ce réseau ? Nous avons beaucoup d’éléments nouveaux, mais nous ne pouvons pas les exposer pour l’instant ».

Et le ministre écarte toute implication du président tchadien : « Absolument. Et ça, je pense que les Equato-guinéens eux-mêmes le savent. Et je sais que les deux chefs d’Etat se parlent pratiquement tous les deux ou trois jours au téléphone. Donc, il n’y a pas de doute possible ». Ajoutant que : « L’affaire est beaucoup plus complexe. Ce n’est pas tout simplement une question de quelques mercenaires arrêtés. Elle est plus vaste que ça et elle ne vise pas que la Guinée équatoriale. Donc, attendons que l’enquête se termine et ne cherchons pas à faire dire au président équato-guinéen ce qu’il n’a pas dit ».

L’ONU joue l’apaisement

De son côté, en dépit de cette tentative de putsch manqué, l’ONU encourage les Etats de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale à préserver la libre circulation. En visite au Tchad, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique centrale, François Louceny Fall qui a rencontré plusieurs chefs d’Etat de la sous-région.

Et il appelle au dépassement après ce soubresaut qualifié d’acte terroriste par les autorités équato-guinéennes : « Je ne voudrais pas juger les déclarations du président… Notre intention a été de recommander au gouvernement le sens de la mesure et aussi le besoin nécessaire et absolu de maintenir la cohésion avec les pays voisins et maintenir surtout les acquis de la sous-région, surtout en ce qui concerne la libre-circulation des personnes et des biens… Nous continuerons à offrir nos bons offices avec les chefs d’Etat de la région pour que tous ensemble, au niveau de la Cémac, on puisse trouver une solution à cet événement malheureux ».

? L’opposition équato-guinéenne réagit aux propos du président Téodoro Obiang Nguéma

L’opposition s’insurge contre les propos tenus par le président de la Guinée équatoriale sur RFI.

Selon Gabriel Nse Obiang Obono, un dirigeant du parti Citoyens pour l’Innovation, le président Obiang sous-estime l’ampleur de la vague d’arrestations qui a frappé sa formation politique, la seule formation d’opposition à avoir remporté un siège au Parlement de Malabo.

Le président parle de vingt détenus. Or notre parti a une liste de 200 qui seraient détenues. Le président a fait transférer à Bata, tous les prisonniers qui étaient au commissariat central de Malabo. On le surnomme même «Guantanamo», parce qu’on y pratique la torture.

Gabriel Nse Obiang Obono, opposant équato-guinéen

Par Africa24monde Avec RFI –  Par Laura Angela Bagnetto

http://africa24monde.com/actualite/view/le-tchad-nie-tout-role-du-president-deby-dans-le-putsch-manque.html

Leave a Reply


  • Archives