site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Sur cette photo d'archive, un tank et des soldats algériens patrouillent dans Alger le 12 octobre 1988, une semaine après le début des émeutes. © STRINGER / AFP

Sur cette photo d’archive, un tank et des soldats algériens patrouillent dans Alger le 12 octobre 1988, une semaine après le début des émeutes. © STRINGER / AFP

Il y a 30 ans, le 5 octobre 1988, de violentes émeutes éclataient en Algérie et allaient entraîner l’effondrement du système du parti unique qui, avec l’armée, encadrait de manière autoritaire la société. Réprimées dans le sang, elles ouvriront la voie à des avancées démocratiques sans précédent, mais aussi à l’arrivée des islamistes.

Pour beaucoup d’Algériens, les événements d’octobre 1988 constituent le premier printemps arabe. Cette violente contestation a marqué un tournant dans la vie politique et sociale du pays. Elle a conduit à l’adoption d’une nouvelle Constitution, à la naissance du multipartisme et à l’avènement d’une presse indépendante.

Mais si cette révolte populaire a conduit à l’effondrement du parti unique, elle a aussi, paradoxalement, permis aux islamistes de faire leur entrée dans le pays. La victoire des islamistes aux élections locales plonge le pays dans une décennie noire. Dans les années 1990, l’engrenage de la violence a fait 200 000 victimes en Algérie. Une sombre période qui prendra fin peu après l’élection du président Bouteflika en 1999.

Aujourd’hui, le sentiment qui domine à Alger est celui d’un rêve contrarié. Pour le quotidien algérien Liberté, « les acquis d’octobre 88 ont survécu à la déferlante de la violence terroriste », mais ils ont ensuite été graduellement remis en cause, voire enterrés. Et ce notamment depuis l’arrivée d’Abdelaziz Bouteflika au pouvoir, peut-on lire dans le journal.

Le quotidien El Watan n’est pas moins critique : « Trente ans après (…), l’autoritarisme est toujours de rigueur, dans un contexte de crise généralisée ».

On n’a pas cru que l’armée algérienne pouvait tirer sur des Algériens.

Une victime de la répression se souvient

Par Africa24monde Avec RFI – Leïla Beratto

Comments are closed.

  • Archives