site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Selon Pyongyang, la Corée du Sud a demandé aux États-Unis de retirer leurs militaires de son pays.

Selon Pyongyang, la Corée du Sud a demandé aux États-Unis de retirer leurs militaires de son pays.

Selon Pyongyang, la Corée du Sud a demandé aux États-Unis de retirer leurs militaires de son pays. Après la guerre de Corée (1950-1953), sous prétexte de l’absence d’un accord de paix officiel et permanent, les États-Unis ont pu déployer 28.500 militaires sur la péninsule coréenne.

La Corée du Nord a demandé, à maintes reprises, que les troupes US quittent la région, mais c’est la première fois qu’elle affirme que c’est son voisin du Sud qui l’exige.

Le journal gouvernemental nord-coréen Rodong Sinmun a critiqué, ce mercredi 14 mars, les négociations entre Washington et Séoul pour l’organisation des manœuvres conjointes en avril.

Les deux pays ont déclaré qu’ils annonceront, le 18 mars, jour marquant la fin des Jeux paralympiques en Corée du Sud, leur décision sur la date exacte qu’auront lieu ces exercices militaires.

Le journal nord-coréen a également condamné les pourparlers américano-sud-coréens concernant le partage des frais du déploiement des militaires américains sur la péninsule coréenne. En vertu de la nouvelle décision des deux pays, ils ont décidé, après six tours de négociations, que la Corée du Sud assume 900 millions de dollars des frais du déploiement. Cette décision doit être ratifiée par le Parlement sud-coréen.

Les voix s’élèvent à Pyongyang contre la tenue des manœuvres Séoul/Washington et le partage de leurs coûts militaires, et ce alors que la Corée du Nord se prépare à rencontrer les dirigeants américains et sud-coréens.

Selon les accords annoncés, les dirigeants des deux Corées se rencontreront en avril. Quant à la rencontre des dirigeants américains et nord-coréens, elle doit avoir lieu en mai.

Dans la foulée, le chef du Bureau de la sécurité nationale de la Corée du Sud Chung Eui-yong a demandé, mardi 13 mars, aux autorités russes de participer aux processus qui pourraient être « la plaque tournante » du règlement de la crise sur la péninsule coréenne.

Chung Eui-yong qui se trouve à Moscou a dit au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov que la crise coréenne devrait être résolue par des voies pacifiques.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a promis de continuer à travailler étroitement avec la Corée du Sud pour assurer le succès des prochains sommets entre les deux Corées et entre la Corée du Nord et les États-Unis, pour présenter les résultats de ses récentes visites à Pyongyang et Washington.

Évoquant le rôle important de Moscou, il a ajouté : « La Russie continue à jouer un rôle constructif en vue de la réalisation pacifique de l’objectif de dénucléarisation sur la péninsule coréenne et à déployer des efforts considérables pour conduire la Corée du Nord et les États-Unis au dialogue. »

Il a cependant affirmé qu’on ne pouvait pas trop attendre des négociations en vue avec Pyongyang, appelant Séoul et Washington à ne pas répéter leurs erreurs du passé.

http://parstoday.com/fr/news/world-i59139-s%C3%A9oul_appelle_washington_%C3%A0_retirer_ses_forces

Comments are closed.

  • Archives