site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


 Des rumeurs de coup d’État militaire ou d’attaque armée contre le régime de Ouattara sont maintenant prises très au sérieux. Photo: illustration

Des rumeurs de coup d’État militaire ou d’attaque armée contre le régime de Ouattara sont maintenant prises très au sérieux. Photo: illustration

Toujours le même genre de scénario comme au Moyen-Orient, mais cette ­­fois-ci c’est la Côte d’Ivoire qui est touchée. Des rumeurs de coup d’État militaire ou d’attaque armée contre le régime de Ouattara sont maintenant prises très au sérieux au plus haut niveau de l’État ivoirien.

En effet, ­­­­­selon un communiqué de l’État-major général des armées publié le 9 mai 2019, le président Alassane Ouattara redoute sérieusement une attaque militaire de grande envergure venant du nord du pays. Il a donc placé l’armée et toutes les unités en état d’alerte maximale du dimanche 12 mai 2019 ­­au lundi 3 juin 2019. Les États-Unis ne veulent décidément pas d’un président qui sert les intérêts directs de la France en Côte d’Ivoire, ce pays du golfe de Guinée.

« Suite à des rumeurs persistantes faisant état des velléités d’attaques armées aux frontières nord et afin de maintenir un climat de paix sur l’ensemble du territoire national, je vous prie de bien vouloir mettre en alerte l’ensemble des troupes placées sous votre ordre du dimanche 12 mai à 6 h au lundi 3 juin 2019 à 18 h », rapporte le site Ivoire Business.

Est-ce que ce sont des rumeurs liées aux meetings de Soro, comme le laissent croire certains sites ivoiriens, ou s’agit-il d’une vraie alerte ?

En tout cas, une info renforce la seconde hypothèse : une délégation de la marine chinoise séjourne à Abidjan depuis le 9 mai 2019 dans le cadre de la coopération militaire sino-ivoirienne.

« La Chine entend maintenir la bonne coopération militaire bilatérale qui existe entre les marines ivoirienne et chinoise et se promet de l’élever à un niveau encore plus haut », avait confié le porte-parole de la défense chinoise, le colonel Song Feng, lors de la cérémonie de livraison du patrouilleur Atchan 2 en novembre 2017.

Une suite logique, pour mieux comprendre le mobile de cette présence en terre ivoirienne, selon un officier de la délégation.

En effet, cette forte délégation de militaires chinois, qui repart ce samedi 11 mai, a eu droit, dans la salle de conférence, à une projection explicative sur la marine ivoirienne, son organisation, son fonctionnement, l’espace maritime, et ses capacités opérationnelles.

Question de planter le décor aux hôtes. Une tournée de travail à la base navale, au Centre opérationnel de la marine nationale (COM) à l’Atelier de la marine nationale (ATEMAN) et une sortie dans la lagune ont permis aux Chinois de se faire une bonne idée des capacités, mais aussi des besoins, de la Côte d’Ivoire en matière navale.

Et ce ne sont pas des choses que les Américains acceptent aussi facilement. Surtout dans un pays comme la Côte d’Ivoire, dont le président n’est pas en odeur de sainteté à Washington.

Par Regardsurlafrique avec Presstv

Comments are closed.

  • Archives