site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


RÉGION DU SUD-OUEST  Cameroun, 2 août 2018|Emmanuel Freudenthal/IRIN

RÉGION DU SUD-OUEST Cameroun, 2 août 2018|Emmanuel Freudenthal/IRIN

De WhatsApp aux amulettes – comment la guerre est menée

Emmanuel Freudenthal est le premier journaliste à passer du temps avec un groupe armé anglophone, à faire du trekking pendant une semaine sous le soleil et la pluie, à travers les rivières et les collines escarpées, à travers les forêts sombres et les champs d’herbe géante. Dans cette série en deux parties, j’ai exploré la composition et la motivation des Forces de défense d’Ambazonia, et comment la guerre civile qui se prépare au Cameroun change la vie des combattants et des civils.

Un combattant roule par terre, crie et embrouille son maillot de basket-ball rouge vif. Ses collègues le frappent à tour de rôle avec un bâton.

Cette punition, 50 coups de fouet, a été ordonnée par * Omega, le commandant de ce camp des Forces de défense d’Ambazonia (ADF). L’homme avait « brutalisé certaines personnes », alors « quand la plainte me parvint, je devais le punir sévèrement », explique Omega. « Nous ne voulons pas que le nom d’Ambaz soit taché. »

L’anglophone du Cameroun a été marginalisé pendant des décennies. Lors des manifestations d’octobre dernier, les forces de sécurité ont tué et emprisonné des manifestants, ce qui a donné naissance à plusieurs groupes armés séparatistes, dont les ADF. L’intensification du conflit a déplacé plus de 180 000 personnes, dont des dizaines de milliers qui ont fui vers le Nigeria voisin.

Avec leurs chefs en exil et un vaste territoire à contrôler, les leaders séparatistes sont sous pression pour obtenir des résultats militaires tout en gardant leurs troupes motivées et une image impeccable. Pour y parvenir, ils ont recours à WhatsApp, aux médias sociaux et à la magie.

Odeshi rituels
Avec une bataille prévue pour le lendemain, le patron d’Omega, * Atem, trie son équipement sur un lit: une arme de poing, une douzaine de balles, mais aussi plusieurs colliers et autres amulettes. Son arsenal est autant spirituel que militaire. Ils appellent cette magie « Odeshi », et les combattants croient que c’est leur seule protection dans leur lutte inégale contre l’armée camerounaise entraînée par les Etats-Unis.

Atem est l’un des plus hauts commandants de l’ADF. Il est très respecté et connu dans toute la région sous le nom de «Commando», mais son équipage continue de fourrer son ventre corpulent quand il enlève sa chemise. La hiérarchie du groupe n’est pas bien établie et c’est quand elle est entendue, et quand le dire à quelqu’un. Comme beaucoup des 1500 autres combattants que l’ADF prétend avoir, Atem était un fermier avant la guerre.

Ayant rassemblé tout son équipement sur le lit, il ramasse sa «chemise de bataille» – un haut noir sans manches avec des amulettes cousues sur le devant – et le met en marche. Autour de son cou, il accroche des pendentifs de cuir rouge étroitement cousu, d’où sortent des plumes de plumes blanches. Ensuite, j’ai mis des bracelets autour de ses biceps et sur ses poignets.

Chacune de ces amulettes, connue collectivement sous le nom d’Odeshi, a une tâche spécifique: un bracelet en rend invisible, un collier bloque le fusil de l’ennemi, une queue de chèvre agite des balles, etc. Ils viennent chacun avec des règles, telles que se battre pour une cause légitime, ou d’éviter des aliments spécifiques.

La peau d’Atem porte de minces cicatrices issues des rituels précédents. Le jour précédent, j’ai payé un guérisseur traditionnel, à « baba », pour effectuer une telle cérémonie pour le protéger des balles. Le baba a sacrifié un poulet et a coupé la peau d’Atem avec un rasoir avant de frotter une pâte grise dans les plaies.

Une fois qu’il a satisfait qu’il a tout ce dont il a besoin, Atem range soigneusement son équipement dans le petit sac qu’il emportera avec lui pour se battre.

La nuit avant la bataille
Après une longue randonnée jusqu’au site de la bataille, la nuit arrive. Atem repose sur un matelas sale à côté d’un autre commandant – ils ont choisi le meilleur endroit dans la maison. Les autres combattants séparatistes sont étendus sur le sol nu, se reposant avant l’attaque.

A l’aube, planifier Environ 40 combattants à prendre des soldats lourdement armés du gouvernement, mais si l’armée est averti alors le BAA est peut-être attaqué d’abord – les forces gouvernementales auraient probablement tous les tuer, comme ils l’ont fait quelques jours plus tôt avec environ 30 séparatistes d’un autre groupe, déversant tant de sang recueilli dans les piscines brillantes sur le sol.

Dans la cour, un bataillon de chèvres trotte follement, peut-être réveillé par la lumière grisâtre de la pleine lune. Les portes bang dans le vent.

Près de l’entrée, deux jeunes garçons sont en service sentinelle, partageant un vieux fusil entre eux. Ils évitent de fumer en fumant des cigarettes et en échangeant tranquillement des histoires. De temps en temps, l’un d’eux pique doucement l’autre éveillé. Le commandant a averti que s’il attrape quelqu’un qui dort sur sa montre, il leur tirera dans la jambe.

Le seul autre moyen de défense du groupe contre les attaques surprises est dans un coin sombre de la maison: un petit sanctuaire avec des fioles mystérieuses, des morceaux de tissu et des amulettes saupoudrées de poudre de talc blanc. L’air sent le parfum utilisé pour activer leurs pouvoirs magiques.

Quand le soleil se lève enfin, les combattants flânent dans la cour, attendant. Un gros sac de balles a disparu. La personne chargée de l’amener aurait décidé qu’il serait plus profitable de mettre les munitions dans la poche plutôt que de les tirer et de disparaître. Cette mission est annulée. A cette occasion, l’Odeshi ne sera pas appelé.

Télécommande

Tous les combattants utilisent Odeshi, mais il ne vainc pas toutes les peurs.

«Certains combattants utilisent des médicaments qui les motivent à aller sur le terrain», explique Omega, qui permet à ses hommes de prendre du tramadol, un puissant analgésique opioïde, bien qu’il ne l’utilise pas lui-même. « Vous n’avez plus de craintes en vous », dit-il.

Le problème, explique Omega, c’est quand ils se battent, ils continuent à prendre de la drogue quand ils sont de retour au camp. Ce n’est pas très commun, mais il est alors plus difficile de les discipliner.

Certains hommes armés harcèlent des civils pour se nourrir, tout en prétendant faire partie de l’ADF, dit Omega. Ensuite, j’ai expliqué, il envoie ses hommes pour les tenir en échec: «N’importe quel groupe qui est dehors pour le terrorisme, nous allons finir le groupe pour que le pays soit en paix, plutôt qu’en morceaux.

Les séparatistes ont fait appel à la communauté internationale pour forcer le gouvernement à leur donner l’indépendance, donc garder une image propre est crucial.

Le FAD a un code de conduite indiquant que « aucun combattant du chargeur automatique de documents doit se livrer à un viol, l’extorsion, le vol de biens, la torture ou le meurtre de civils innocents. » Et Cho Ayaba, le chef de l’aile politique du FAD, dit J’ai émis des ordonnances interdisant l’usage de drogues.

Mais il est très loin, en Europe.

En 1998, Ayaba a fui le Cameroun à bord d’un bateau en bois, après avoir échappé de justesse à l’arrestation pour son activisme politique.

Comme lui, la plupart des dirigeants politiques de la demi-douzaine de groupes armés séparatistes anglophones vivent à l’étranger – une mesure nécessaire dans un pays comme le Cameroun. Début 2018, 47 dirigeants anglophones ont été arrêtés au Nigeria et déportés dans une prison au Cameroun. Ils ont été détenus au secret pendant six mois et n’ont été autorisés à voir leurs avocats que récemment.

Donc, WhatsApp est la seule façon qu’Omega, Atem et d’autres commandants peuvent obtenir des ordres de leurs dirigeants. Ils connaissent chaque parcelle de terre où l’on peut atteindre le réseau téléphonique en grimpant sur de gros rochers, en montant au sommet des collines ou en s’abritant sous les branches d’un arbre. La plupart du temps, cependant, ils sont hors réseau.

Récemment, Amnesty International et Human Rights Watch ont accusé les séparatistes d’appliquer violemment le boycott des écoles publiques en détruisant plus de 40 écoles et en agressant les enseignants qui refusaient de se conformer. Ils ont été accusés d’avoir kidnappé des civils soupçonnés de travailler avec le gouvernement.

L’ADF a nié les abus contre les écoles et les civils, en dehors des «arrestations» d’alliés du gouvernement. Ayaba dit qu’il prend «la responsabilité de tout ce que fait l’ADF», mais insiste sur le fait qu’il ne «microgestionne» pas les actions du groupe. « Je fournis le leadership politique, une inspiration, la feuille de route. »

Pourtant, j’ai averti que l’ADF et d’autres groupes séparatistes pourraient ne pas être en mesure de respecter leurs règles d’engagement pour toujours.

« Si vous laissez le conflit s’envenimer trop longtemps et que le régime continue avec ce niveau de brutalité, il sera complètement impossible de contrôler tout le monde. Et certains de ces abus pourraient simplement augmenter », a-t-il dit, faisant référence à certaines attaques contre les francophones.

Les élections présidentielles camerounaises se tiendront le 7 octobre et la menace d’une nouvelle flambée de violence. Le porte-parole ADF Averti il ​​«il ny’aura pas d’élections du Président du Cameroun sur le territoire Ambazonie », et l’un de leurs « généraux » de premier plan a déjà annoncé que je tuerai tous ceux qui se près d’une station de vote.

(* Les noms des combattants séparatistes ont été changés pour leur protection)

Emmanuel Freudenthal 

Freelance journalist, and regular IRIN contributor

https://www.irinnews.org/special-report/2018/08/02/cameroon-s-anglophone-war-part-2-inside-separatist-conflict

Comments are closed.

  • Archives