site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


La négation de l’ordre en Somalie ou l’aboutissement du « chaos constructif » de l’impérialisme occidental!

La négation de l’ordre en Somalie ou l’aboutissement du « chaos constructif » de l’impérialisme occidental!

Avec la moitié de la flotte mondiale des porte-conteneurs et 3/4 du trafic total des produits pétroliers. 3 300 kilomètres de côtes en face du détroit d’Hormuz et posté à quelques encablure de l’entrée du détroit de Bab el mandeb, la Somalie est proche des routes pétrolières vitales et ses ports pourraient également desservir l’Éthiopie enclavée, qui compte 100 millions d’habitants. Une bataille pour l’accès à ses ports maritimes est en cours.

Ce pays connaît actuellement une lutte régionale entre d’une part l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis et d’autre part le Qatar soutenu par la Turquie. Cette lutte régionale directement affiliée au conglomérat de l’impérialisme mondial a trait aux tentatives impérialistes de vouloir contrôler l’océan indien pour en principe contrôler le développement économique et commercial des puissances de l’Inde, la Chine et l’Afrique via le contrôle militaire  exercé sur des couloirs maritimes stratégiques.

L’installation sur les côtes somaliennes de l’impérialisme occidentalo-arabe nécessite bien l’instauration d’un chaos permanent dans ce pays pour pérenniser ses intérêts géopolitiques et géoéconomiques. C’est toute la réponse des tensions militaires en Somalie ces derniers jours entre le Somaliland et le Puntland.

C’est en plongeant les masses dans le chaos que ses instigateurs peuvent aspirer à la stabilité de leur position et de leur intérêt dans une région donnée. Les théoriciens du chaos constructeur pensent qu’il est nécessaire de créer l’instabilité, le chaos sur les cendres duquel naîtront des désordres majeurs, une instabilité chronique et des structures étatiques plus ou moins fiables afin d’exploiter les richesses naturelles de leur sous-sol où des intérêts inhérentes au positionnement géographie du territoire donné. Entre autre, l’objectif du chaos constructif en Somalie fût de substituer l’État centrale nationaliste, irrédentiste et issus de la fusion post-coloniale entre la Somalia italienne et le Somaliland britannique, en des entités plus petites à caractère clanique.

Et neutraliser ces mini-États en les dressant en permanence les uns contre les autres. L’évolution de l’histoire récente de la nation somalienne reflète les traits réussis du concept du « chaos constructeur ». Son histoire depuis le 19e siècle cristallise une volonté supérieure internationale dans la négation de l’édification d’un État-nation somalien indépendant et souverain conformément aux désirs du peuple de Somalie. Géographiquement stratégique à l’entrée du détroit de Bab al Mandeb, les « faiseurs des rois » occidentaux ne pouvaient se permettre la naissance et le développement d’une nation indépendante, souveraine et puissante stationnée naturellement sur cette grande route maritime vitale du golfe d’Aden et du canal de Suez.

Trente ans après la chute du pouvoir central, les ingérences étrangères ne cessent de désunir davantage les somaliens, de les fractionner pour enfoncer et clouer profondément dans le désespoir les immenses atouts de cette nation guerrière et insoumise. L’insoumission et l’esprit souverain constatés par les colons britanniques au 20ème siècle dans leur élan colonisateur ont-ils condamné cette nation dans l’abime du désordre permanent orchestré et voulu car pas si docile pour s’accommoder de l’ordre mondial occidental? Pourtant la nation somalienne avait toutes les cartes requises pour réussir à édifier un État-nation.

Une nation homogène, une seule langue parlée le Somalis, une seule religion : l’islam. Une seule culture. Comment appréhender l’échec et la faillite de cette nation dans sa construction étatique? Est-ce lié au nomadisme à la teinture politique ou bien à la tendance anarchique des Somalis comme les pseudos « connaisseurs » de la Somalie nous martèlent pour expliquer le chaos permanent? En évidence non! Il n’en est rien de toutes ces fallacieuses explications mensongères.

Car faussées par les faits empiriques. L’ordre populaire des tribunaux islamiques instauré par et pour les Somaliens mais déconstruit aussitôt, sous des fallacieuses dénonciations islamistes par les USA via la sous-traitance de l’armée éthiopienne, contredit ces justifications anthropologiques à l’anarchie ? L’Abyssinie chrétienne, alliée éternelle de l’occident, constitue dans la logique du chaos permanent imposé aux Somaliens l’État pivot par lequel se fonde la sous-traitance du désordre somalien sur le théâtre régional. Ce fait démontre bien que les Somaliens peuvent se reconstruire et s’organiser dans la paix. Mais que des forces puissantes et étrangères empêchent l’édification d’un ordre national souverain et indépendant.

Le développement récent de la situation en Somalie, avec l’installation militaire et économique confirme de plus en plus la stratégie du chaos permanent, du morcellement du territoire somalien et de l’anéantissement de toute velléité de reconnaissance. En effet, le jeu des États arabes finit à la concrétisation effective de la doctrine du « small state » ou du morcellement du territoire somalis en des petites états sans puissance conséquente en conflit contre eux-mêmes et sans gêne aux intérêts du capitalisme mondial. Après que les implications du tour d’alliance de passe-passe occidentalo-soviétique a contribué à créer les soupapes d’une guerre civile et la fin de la culture de l’État central.

Après son installation à Asmara en Erythrée et au port d’Aden, les Émirats Arabes Unis mettent le pied à Berbera en Somaliland pour y implanter une présence militaire et économique. En effet, cette mainte intrusion émirati dans ce pays de la corne d’Afrique répond à des desseins qui à première vue sont militaires et économiques mais directement soumis à la planification géopolitique occidentale. Les EAU ont signé un contrat de 30 ans avec la république autoproclamée du Somaliland pour gérer son plus grand port Berbera. Sur ce, pour participer au marché d’import-export des marchandises du voisin enclavé éthiopien.

Cette logique commerciale émiratie cache bien un plan beaucoup plus ambitieux. En mettant les pieds sur les rives somaliennes, les états arabes du golfe enterrent à jamais toute renaissance d’une nation somalienne. D’un point de vue juridique, elle donne une légitimité internationale au Somaliland autoproclamé, non reconnu dans le concert des nations, tout en bafouant la légitimité internationale du gouvernement de Mogadiscio sur les affaires de toute la Somalie.

Ce faisant, Dubaï octroie davantage d’argumentaire pour avaliser la ligne séparatiste de l’élite sectaire somalilandaise et vers l’impossible réconciliation nationale. En fait, les états arabes, par cette intrusion en Somaliland, enflamment une tension déjà palpable entre le Sud ( gouvernement fédéral ) et le Nord ( Somaliland). Une tension régionale qui cache bien une tension entre confédération clanique que l’ingérence arabe a poussé à s’aggraver.

Le Somaliland, le Jubaland, le Puntland, l’ordre des seigneurs des clans et un gouvernement central impuissant se sont tous lancés dans une tension, qui n’est autre qu’un piège, pour susciter davantage leur méfiance dans le but d’accélérer définitivement le morcellement territorial de la Somalie. Morcellement qui arrange tous les voisins de la Somalie.

Après la mésentente politique, puis l’arrêt des contacts entre la Somaliland et le gouvernement fédéral sur les négociations de la réunification à la fin de l’année dernière, la stratégie du chaos et du morcellement territorial tant voulu par les pays voisins se matérialise de plus en plus en Somalie en s’affirmant par des affrontements militaires entre les « émirats » somaliens. En effet, depuis le début de l’année 2018, le Puntland délégué militaire de l’ordre fédéral et les forces armées de l’autoproclamé Somaliland s’affrontent sur fond officiellement de litige territorial.

En réalité, les tensions sont davantage beaucoup plus profondes. Elles reflètent la volonté des protagonistes de régler la question non-résolue de la réunification sur le plan militaire après avoir épuisé tous les autres recours pacifique.
Par-delà des déclarations martiales des dirigeants de ces « émirats » somaliens, le fond du problème reste avant tout un règlement sur fond de trahisons, de tentative d’extermination, de leadership et de rivalité entre les Darood, grande confédération clanique majoritairement habitant le sud et les Isaaq grande confédération clanique majoritaire au nord.
Les Isaaq du Somaliland ont été trahis, réprimés puis exterminés en retour alors qu’ils étaient les premiers à avoir renié leur propre souveraineté arrachée aux Britanniques en s’unissant avec le Sud dans le but de constituer l’avant-garde d’une grande Somalie en 1960 ( les autres territoires Somalis devraient en principe rejoindre la nation).

L’élite Darood néocoloniale et quelques ramassis des autres clans furent les traîtres qui, en s’accaparant le pouvoir militaire révolutionnaire, ont conduit la nation somalienne vers une guerre des clans surtout à l’encontre des Issaq en transformant la lutte armée nordiste légitime en une lutte entre Darood, détenteur du pouvoir révolutionnaire et les Issaq, rebelles opposés à la marginalisation du Nord. Ainsi prend forme la genèse des tensions actuelles qui non résolues jusqu’à aujourd’hui, risquent d’embrasser encore la nation somalienne.

Dans ce climat de méfiance et de défiance, l’intrusion des investissements économiques et militaires émiratis a favorisé le réveil des veilles blessures ainsi que des rivalités claniques qui ont toujours constitué la menace existentielle de la nation somalienne et dont les ennemis en font toujours bon usage pour diviser et mieux les contrôler pour garantir leurs intérêts.

Par ailleurs, il faut bien noter que les élites claniques actuellement aux affaires dans ces « émirats » somaliens du Somaliland et du Puntland sont les anciens protagonistes dans la guerre civile. Moussa ²Bixi, actuel chef de l’Etat autoproclamé du Somaliland, fût un membre important du dispositif militaire de la rébellion MNS ( Movement National Somali) alors qu’un des candidats à la présidence du Puntland n’est autre que le général Morgan, dernier ministre de la défense du gouvernement somalien, gendre du dernier président Siad Barre, bref un homme au coeur de toutes les violences de l’État somalien contre les rebelles du Nord. Et leurs discours martiaux pour en découdre expriment bien plus une volonté revancharde qu’une recherche de solution politico-militaire entre les deux « émirats ».

Malheureux peuple Somalis, victime de la domination et de la division coloniale, vidé des éléments aux inspirations et aux rêves nationalistes d’une grande Somalie par la traîtrise d’une élite post-colonialiste ayant livré le pays au mondialisme libéral avant de l’avoir vendu aux Soviétiques. La voici aujourd’hui morcelée par les Arabes, divisée et montée région contre région, clan contre clan pour quelques miettes au détriment de l’unité nationale, des richesses nationales somaliennes et du sang du peuple.

Quand est ce que la nation Somalis comprendra que le piège couplé de la partition territoriale lié au formatage colonial et de la mentalité des clans a servi les ennemis de la nation à l’enliser dans une situation de chaos permanent, de guerre, de misère et de sous-développement? Et qu’une refondation morale est plus que jamais nécessaire pour esquiver les plans diaboliques de l’anéantissement du peuple et des territoires de la nation Somalis.

Moussa Ali

Comments are closed.

  • Archives