site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Le Prince Mohammed bin Salman

Le Prince Mohammed bin Salman

L’Histoire de la transformation du secteur privé dessine la vision du Prince Mohammed bin Salman pour  son Royaume!

Le Royaume d’Arabie saoudite s’achemine fermement vers la mise en œuvre de tous les buts et objectifs de la vision du Royaume 2030, qui a été supervisé par le Prince héritier de l’Arabie saoudite. Le Prince Mohammed bin Salman veut préparer l’avenir économique du pays pour l’après-pétrole, afin d’éviter de garder le pays dépendant uniquement du pétrole comme principale ressource du Trésor public, tout en impliquant le secteur privé dans le processus de développement, en rationalisant les dépenses et en mettant une partie du géant pétrolier saoudien Aramco.

Le Royaume a mis en place une feuille de route pour remettre l’économie sur la bonne voie après une série de déficits budgétaires records, provoqués par l’effondrement des prix du pétrole, de près de 100 milliards de dollars, qui ont appelé à une action urgente, pour mettre un terme à cette détérioration financière, et hisser le pays au rang des 15 économies les plus puissantes du monde, au lieu de 20 actuellement.

Vision du Royaume 2030

Le Prince Mohammed bin Salman est l’architecte de cette vision, dont le but est d’introduire des réformes économiques et le développement du Royaume pour améliorer son économie et de l’affranchir de la dépendance au pétrole. Selon le plan, le royaume convertira le Fonds d’investissement public saoudien en un fonds souverain avec des actifs d’une valeur de 2,5 trillions de dollars, ce qui en fera le plus grand fonds souverain du monde avec plus de 10% du potentiel d’investissement mondial et des biens de plus de 3% des actifs globaux.

Le Royaume cherche à faire passer la contribution du secteur privé au PIB de 3,8% actuellement à 5,7% avec la participation des femmes sur le marché du travail de 22% à 30% et la réduction du chômage parmi les Saoudiens de 11,6% à 7%. A travers cette vision, le Royaume vise également à multiplier par 6  les recettes non pétrolières , passant d’environ 43,5 milliards de dollars par an à 267 milliards de dollars par an, la part des exportations non pétrolières passant de 16% du PIB à 50% du PIB. Le royaume établira également un immense complexe d’énergie solaire dans le nord du pays.

Le Prince héritier a également tenu à stimuler l’investissement et à encourager les investisseurs à investir dans le Royaume en appliquant le système de la « Green card » dans un délai de cinq ans, afin d’améliorer le climat d’investissement, en permettant la résidence permanente à l’image de la carte verte américaine. Le plan prévoit également le développement d’infrastructures telles que le nouvel aéroport de Djeddah et l’aéroport de Taëf, ainsi que le développement d’infrastructures à La Mecque et l’investissement de terrains autour du Haram al-Makki. Le plan prévoit la création d’une société holding pour les industries militaires, détenue à 100 % par le gouvernement, et la restructuration du secteur du logement.

Le Royaume s’est lancé dans la privatisation de 16 entités gouvernementales et l’établissement de plus de 100 partenariats public-privé dans des domaines tels que le sport, l’électricité et les soins de santé dans un processus qui devrait lever plus de 200 milliards de dollars sans inclure le géant pétrolier saoudien Saudi Aramco qui pourrait donner au Trésor public 100 milliards de dollars. En effet, le Programme national de transition a démontré le sérieux du gouvernement en considérant le secteur privé comme un partenaire clé dans la réalisation de la Vision 2030 du Royaume. Le programme cible le financement du secteur privé pour 40 % de ses 540 initiatives.

Plans de privatisation

  • Aramco Arabie Saoudite

L’un des tournants les plus importants a également été vu par cette vision, moins de 5% de la National Oil Company, »Aramco » à l’offre publique sur la bourse des valeurs que le produit alloué au financement du fonds souverain saoudien, dans l’introduction en bourse devrait être le plus important dans l’histoire des introductions en bourse avec le groupe d’évaluation Aramco à plus de 2 trillions de dollars. Les responsables ont d’abord déclaré que les actions seraient cotées à Riyad et dans au moins une des bourses étrangères, mais ces dernières semaines, certains responsables ont suggéré que Riyad pourrait être la seule cotation.

  • Société saoudienne des postesEn février, des informations sur l’appel d’offres lancé par Riyad aux banques en vue d’obtenir un rôle consultatif dans la vente de la Société saoudienne des postes ont été entendues. Mais depuis lors, il n’ a pas été clair si une banque a été autorisée. « Le mois dernier, la poste saoudienne entrait dans une phase de cinq ans pour en faire une entreprise d’État avant de la vendre au secteur privé », a déclaré le ministre des Communications et des Technologies de l’information Abdullah al-Sawah à Reuters le mois dernier.
  • L’Établissement général pour les grainsLa Société nationale des grains, qui est responsable de l’achat de céréales pour le Royaume, se prépare à vendre des activités de mouture en les plaçant dans quatre entités spécialement établies, tout en maintenant d’autres activités. La vente a suscité l’intérêt de deux géants du secteur agroalimentaire, Archer Daniels Midland et Bungi. Mais l’inquiétude concernant les investisseurs potentiels a été limitée par les restrictions de propriété et la structure de la vente, ont déclaré des sources à Reuters.
  • Sports – SportsDes sources à Reuters ont déclaré en février que le choix avait été signé par Jadwa Investment Company, une banque d’investissement saoudienne, de conseiller sur la privatisation de cinq clubs de football dans la ligue professionnelle saoudienne.
  • AéroportsL’Arabie saoudite prévoit de transférer la propriété des aéroports au fonds souverain d’ici le milieu de l’année 2018, et les aéroports seront convertis en sociétés avant d’être livrés au Fonds d’investissement public pour améliorer la reddition de comptes. Le royaume vise à attirer des investissements dans les aéroports, en cherchant à relancer l’industrie aéronautique affaiblie par la concurrence à Dubaï et au Qatar. Il envisage également de privatiser les ports maritimes en raison de la pression exercée par la baisse des prix du pétrole brut sur les plans de dépenses publiques. Faisal bin Hamad al-Suqair, président de la compagnie d’aviation civile saoudienne, a déclaré que la compagnie transférait 27 aéroports à des compagnies privées vers le milieu de l’année 2018. En juillet, Goldman Sachs a été chargé de gérer la vente d’une participation minoritaire dans l’aéroport international King Khalid de Riyad, la première grande privatisation de l’aéroport du Royaume. En avril, un contrat a été attribué pour exploiter l’aéroport international King Abdul Aziz de Djeddah sur le groupe aéroportuaire Changi de Singapour pour une durée pouvant aller jusqu’ à 20 ans. Les appels d’offres en cours concernent les aéroports de Qassim, Hail, Al Ahsa et Taif. Le royaume a pour objectif de transformer l’aéroport de Dammam en société d’ici le 1er juillet, suivi par des aéroports plus petits comme l’Académie de l’aviation civile saoudienne.
  • compagnies aériennes saoudiennesLa compagnie aérienne a commencé à vendre des services médicaux à Jeddah, d’une valeur d’environ 500 millions de dollars, a déclaré des sources en mai. Des sources informées ont déclaré que la vente avait été gelée ou qu’elle avait peu progressé.
  • Soins de santéOn s’attend à ce que le programme de privatisation soit mis en œuvre en six étapes au Ministère de la santé en Arabie saoudite, ce qui prendra trois ans. La phase de fondation sera mise en œuvre à Djeddah, la deuxième plus grande ville du Royaume. Le ministère mettra en œuvre le plan de privatisation par étapes, à commencer par la séparation des services de santé, qui comprend 276 hôpitaux et 2300 centres de santé. Elle consacrera son rôle de supervision et de supervision. Elle créera une société holding avec 20 à 30 filiales dans tout le Royaume. Elles sont organisées de manière à assurer l’universalité et la cohérence des services, sont gérées par le secteur privé et visent à accroître l’efficacité, la productivité et le niveau de service. Le ministère a signé le premier accord avec General Electric Company. Les sociétés médicales locales se verront confier les actifs des installations médicales et confieront l’exploitation de ces installations aux hôpitaux, en particulier à ceux qui ont une expérience antérieure sur le marché saoudien, tels que les sociétés étrangères qui exploitent la Garde nationale et les hôpitaux militaires. Les premiers actifs à privatiser sont le King Faisal Specialist Hospital and Research Center à Riyad, l’un des plus grands hôpitaux du Royaume. En avril, le sous-ministre de l’Économie et de la Planification Mohammad Al-Tuwaijri a déclaré à Reuters que le processus était à un stade très avancé. Plus tôt cette année, des sources ont indiqué que le ministère de la Santé avait également reçu au moins six offres de conseils financiers dans le cadre de la privatisation de 55 centres de soins de santé primaires à Riyad.
  • EnseignementL’Arabie saoudite a autorisé HSBC à assumer le rôle de conseiller financier dans la privatisation de la construction et de la gestion des établissements d’enseignement, selon le PDG de la Building Development Company, une société gouvernementale affiliée au ministère de l’Éducation, en Janvier.
  • Société saoudienne d’électricitéRiyad prévoit de scinder la compagnie d’électricité saoudienne contrôlée par l’État en sociétés distinctes qui seront offertes soit aux citoyens par le biais d’offres publiques initiales, soit à des partenaires locaux et internationaux.
  • Société de conversion des eaux salines

L’année dernière, des fonctionnaires ont décrit la privatisation de la Saline Water Conversion Corporation, qui est impliquée dans le dessalement et la production d’électricité. L’entreprise sera transférée à une société holding qui sera gérée par des unités de production locales, dans le but de rechercher des partenaires d’investissement dans les unités et de procéder ensuite à une première offre publique d’achat auprès de la société holding.

Le National Center for Privatization, qui vise à réaliser le programme national de transformation 2020, et la vision du Royaume 2030 à travers le travail des organismes gouvernementaux sur les projets de privatisation et l’expansion du partenariat public-privé pour promouvoir les principales possibilités d’investissement du secteur privé et d’élever le niveau de développement et l’efficacité des services. Avec les agences gouvernementales et le secteur privé pour tenir compte de l’équité et de la transparence des procédures.

 An Nahar/ Maurice Matta / Maurice.matta@annahar.com.lb

Traduction de l’arabe LHK

https://lilianeheldkhawam.com/2017/12/03/la-privatisation-de-larabie-saoudite-a-commence-an-nahar-maurice-matta/

Leave a Reply


  • Archives