site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Athur Mas et Carles Puigdemont dans un fichier image SANTI COGOLLUDO

Athur Mas et Carles Puigdemont dans un fichier image SANTI COGOLLUDO

Le gouvernement voulait demander de l’argent à la Chine, affirmant que la Catalogne était occupée militairement en 1714

Il a affirmé qu ‘ »il y a mille ans, la Catalogne est sortie de l’empire carolingien en tant que pays indépendant » et a maintenu son organisation jusqu’au 18ème siècle.

La Generalitat avait prévu de présenter la Catalogne au gouvernement chinois avec lequel elle aurait négocié un emprunt d’un montant maximal de 11 000 millions d’euros pour la création de la future banque centrale catalane, affirmant qu’elle était « occupée militairement en 1714″ par les troupes françaises et espagnoles. et que depuis lors, il a maintenu sa « dignité nationale » et s’est efforcé d’atteindre son indépendance.

Ceci est exposé dans un récent rapport de la Gendarmerie espagnole (Guardia Civil) auquel a eu accès Europa Press, qui a été transmis au tribunal d’instruction numéro 13 de Barcelone, qui enquête sur les préparatifs du référendum illégal du 1er octobre 2017. Il comprend les diapositives de la présentation en anglais préparée en octobre 2015, avec le gouvernement d’Artur Mas, expliquant la viabilité de la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne.

Le document trouvé dans l’analyse de la clé saisie auprès de l’ex-secrétaire aux Finances de la Generalitat Josep Llúis Salvadó, traité par ladite cour, est intitulé « Présentation de la Catalogne en tant qu’État », dont le second point traiterait de son histoire. Dans ce sens, il commence par dire qu ‘ »il y a mille ans, la Catalogne est sortie de l’empire carolingien en tant que pays indépendant et a maintenu sa propre organisation politique jusqu’au 18ème siècle ».

Il déclare également que « la Catalogne a atteint son apogée en tant que puissance de développement économique, politique et culturel en Méditerranée entre les XIIIe et XVe siècles », mais qu’elle a été « occupée militairement » par la France et que l’Espagne « a perdu son indépendance politique. et leurs institutions de gouvernement autonome « , parce que » leur langue et leur culture ont été persécutées « . « Depuis lors, il a maintenu sa dignité nationale et s’est efforcé de recouvrer son indépendance », conclut la diapositive.

Selon les chercheurs, tout cela est lié au courrier électronique également trouvé dans les fichiers de Salvadó, envoyé en mai 2016, qui commentait les questions que le gouvernement chinois posait apparemment à propos de la future banque centrale catalane et du déclaration unilatérale d’indépendance.

Le power point, préparé plusieurs mois auparavant, insiste sur la possibilité d’une rupture avec l’Espagne après les élections du 27 septembre 2015, grâce à un « 48% » ayant voté en faveur de l’indépendance et, par conséquent, le Parlement catalan pourrait créer leur propre légitimité par le biais de la législation « .

Ainsi, ils présenteraient deux voies d’indépendance: par le biais d’un référendum, que le gouvernement espagnol ne peut « éviter », malgré leur opposition, indique le document; ou bien avec la décision du Parlement de procéder à une « séparation unilatérale », le gouvernement agirait donc « comme si la Catalogne ne faisait pas partie de l’Espagne ».

Si la deuxième voie était choisie, la Generalitat expliquerait aux autorités chinoises que le gouvernement espagnol aurait la possibilité de faire comme si la Catalogne continuait de rester avec l’État et que, par conséquent, « les infrastructures ne seraient pas boycottées, les mouvements ne seraient pas interrompus. La frontière « continuerait à » payer les pensions et les transferts de la sécurité sociale « et » ne recourrait pas à la violence « , indique le rapport.

Au contraire, si la séparation était acceptée, ils considéraient dans ce document que l’Espagne « subirait une crise de la dette avec une contraction de 20% du PIB et une réduction de son revenu en raison de la réduction des impôts et des contributions sociales de la Catalogne ». . La présentation de power point a conclu en affirmant que « celui qui résistera gagnera le plus ».

L’un des gardes civils qui a examiné les documents saisis à Salvado a déclaré devant la Cour suprême, en mars dernier, dans le procès pour l’indépendance du procé, qui avait souligné que la recherche d’un financement international en Chine était due à la « préoccupation » de ses membres du gouvernement à « survivre économiquement » depuis la déclaration d’indépendance et la mise en place de l’Agence catalane des impôts.

Il a également souligné qu’il était nécessaire d’ajouter 6 000 millions supplémentaires provenant des mairies et 1 300 millions supplémentaires de revenus propres pour le maintien économique de l’hypothétique République catalane.

Traduit par Tinno Bnag Mbang

Par Regardsurlafrique Avec elmundo

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

  • Archives