site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


‘Le FBI voulait pousser Martin Luther King au suicide’

‘Le FBI voulait pousser Martin Luther King au suicide’

Le Federal Bureau of Investigation () a tenté de pousser au le militant pour les droits civiques Martin Luther King, il y a cinquante ans de cela. C’est ce que montre le contenu d’une lettre envoyée en novembre 1964 par le FBI à King, et qui a été retrouvée par Beverly Gage, une historienne de l’université de Yale qui faisait des recherches sur la vie de . En effet, à l’époque, ce dernier était à la tête du FBI.

« Il ne te reste plus qu’une chose à faire. Et tu sais ce que c’est. Tu ne disposes plus que de 34 jours pour le faire… Tu es fini. Il n’y a qu’un moyen pour t’en sortir. Tu ferais mieux de le faire avant qu’on expose à la nation l’être crasseux, anormal et fourbe que tu es », peut-on y lire.

Ce courrier ne mentionne pas explicitement le mot suicide, et beaucoup contestent qu’il s’agisse d’une exhortation au suicide, estimant qu’il s’agit plutôt d’une invitation à cesser son travail. Il n’est pas non plus signé, mais on pense qu’il aurait été rédigé par William Sullivan, un agent du FBI qui était l’adjoint de Hoover. Sullivan l’aurait ensuite confié à un agent de Miami pour qu’il soit envoyé au domicile de King à Atlanta, comme si la provenait d’un proche du pasteur.

La missive de révéler certains aspects de la vie personnelle de King, y compris ses liaisons extraconjugales. Le FBI avait eu connaissance de ces détails grâce à la mise sur écoute de la ligne téléphonique de Stanley Levison, un militant très proche de King.

King s’était fait remarquer par le FBI après avoir donné son émouvant discours « I have a dream » en août 1963. « Nous devons le ficher maintenant, si ce n’est pas déjà fait, comme le Nègre le plus dangereux pour l’avenir de cette nation du point de vue du communisme, du Nègre, et de la sécurité nationale », avait indiqué Sullivan dans un mémo deux jours plus tard. C’est ainsi que le FBI avait commencé à surveiller King. Le FBI, et plus particulièrement J. Edgar Hoover, qui éprouvait une véritable aversion pour lui, espéraient trouver des éléments de nature à le discréditer, ou à le neutraliser d’une manière différente.

Malgré cet espionnage, ils n’ont jamais réussi à prouver que King était communiste. En revanche, ils ont découvert qu’il n’était pas fidèle à son épouse… Mais tous ces efforts n’ont pas permis d’entamer la popularité du .

«Au-delà de la méchanceté des accusations, la lettre offre un puissant avertissement pour les lecteurs d’aujourd’hui sur les dangers de l’espionnage domestique à une ère où les mass médias sont encore moins réservés », commente Beverly Gage.

La lettre en question est visible ici

http://www.express.be/joker/fr/platdujour/le-fbi-voulait-pousser-martin-luther-king-au-suicide/209202.htm

Leave a Reply


  • Archives