site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


L'ancien dirigeant libyen Moammar Gadhafi, à gauche, et le président français Nicolas Sarkozy, posent lors d'une cérémonie au Palais de l'Elysée à Paris en décembre 2007. (Patrick Hertzog/AP)

L’ancien dirigeant libyen Moammar Gadhafi, à gauche, et le président français Nicolas Sarkozy, posent lors d’une cérémonie au Palais de l’Elysée à Paris en décembre 2007. (Patrick Hertzog/AP)

PARIS – L’ancien président français Nicolas Sarkozy a été arrêté mardi soir (mis en garde é vue, NdT) et inculpé hier soir pour financement illégal de sa campagne présidentielle 2007. L’enquête, qui a débuté il y a près de cinq ans, s’est concentrée sur les contributions illégales à la campagne de Sarkozy reçues de Mouammar Kadhafi, l’ancien dirigeant de la Libye, qui a été brutalement assassiné à la suite de la destruction de son gouvernement et de son pays, soutenue par l’ONU.

L’enquête sur les liens ombragés de Sarkozy avec Kadhafi s’est accélérée depuis fin 2016, lorsque l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine a déclaré qu’il avait personnellement livré des valises contenant 5 millions d’euros (6,2 millions de dollars) en espèces à Sarkozy au nom de Kadhafi. Plus récemment, plusieurs anciens hauts responsables du gouvernement de Kadhafi ont fourni aux enquêteurs français de nouvelles preuves confirmant les contributions illicites à la campagne. Durant l’ensemble, la campagne présidentielle 2007, Sarkozy aurait reçu 50 millions d’euros (62 millions de dollars) de financement de la part de Kadhafi. Cela a non seulement dépassé de 21 millions d’euros la limite légale de financement pour l’ensemble de la campagne, mais a également violé les lois françaises concernant les dons étrangers aux politiciens.

Voir | Dans une interview accordée en 2011, le fils de Kadhafi demande à Sarkozy de rembourser l’argent libyen qu’il a pris pour sa campagne présidentielle.

A 10’11 Saif Al Islam : « Tout d0abord il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté pour financer sa campagne électorale… »

Sarkozy et le directeur de sa campagne 2007 ont nié avoir accepté de l’argent de la Libye. Sarkozy a également nié avoir accepté des fonds illégaux pour sa campagne infructueuse de réélection en 2012, qui a également fait l’objet d’un examen minutieux.

Alors que Sarkozy a longtemps nié ces allégations, son arrestation pour la manière dont sa campagne passée a été financée et sa relation avec Kadhafi a ravivé l’intérêt pour le rôle de Sarkozy dans la destruction de l’Etat libyen en 2011 ainsi que de nouvelles spéculations sur les motivations de Sarkozy.

Bonne moralité ou un vieux truc de la mafia ?

Le président français Nicholas Sarkozy serre la main d'un patient au centre médical de Tripoli en Libye le jeudi 15 septembre 2011, dans le cadre d'un important soutien aux dirigeants libyens après le changement de régime. (AP/Stefan Rousseau)

Le président français Nicholas Sarkozy serre la main d’un patient au centre médical de Tripoli en Libye le jeudi 15 septembre 2011, dans le cadre d’un important soutien aux dirigeants libyens après le changement de régime. (AP/Stefan Rousseau)

En 2011 – alors que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France menaient la charge contre Kadhafi – Sarkozy a été largement salué dans la presse occidentale pour avoir  » choisi la bonne voie  » et  » pris un risque élevé mais légitime qu’il puisse reprendre le haut lieu moral (et politique)  » en forçant violemment Kadhafi à quitter le pouvoir.

Cependant, les contributions présumées de Kadhafi à sa campagne de 2007 suggèrent que les raisons pour lesquelles Sarkozy s’est impliqué n’avaient rien à voir avec un désir humanitaire de « protéger » le peuple libyen – comme Sarkozy l’avait prétendu à l’époque – et plus avec le fait de réduire au silence un témoin clé de son comportement illégal, Kadhafi lui-même.

En 2012, des rapports ont fait surface – sur la base des commentaires de Mahmoud Jibril, ancien Premier ministre par intérim de Libye après le renversement de Kadhafi, à la télévision égyptienne – selon lesquels la mort atroce de Kadhafi, qui a été filmé, avait été perpétrée par les services secrets français. Jibril avait déclaré que « c’était un agent étranger qui s’était mélangé avec les brigades révolutionnaires pour tuer Kadhafi ».

Des articles du journal italien Corriere della Serra ont affirmé plus tard que l’agent étranger était français, citant des sources diplomatiques dans la capitale libyenne de Tripoli. Ces mêmes sources diplomatiques avaient en outre déclaré que Kadhafi avait ouvertement menacé de révéler tous les détails de ses liens avec Sarkozy, y compris le financement de la campagne 2007 de Sarkozy, une fois que l’OTAN avait exprimé pour la première fois son soutien au soulèvement de 2011.

Sarkozy, cependant, n’était pas seulement intéressé à préserver ses relations louches avec Kadhafi à l’abri de l’attention du public. La fuite de courriels de l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton a montré que Sarkozy – comme d’autres pays soutenant l’intervention occidentale en Libye – avait plusieurs objectifs en déposant Kadhafi. Comme l’a rapporté le Foreign Policy Journal en 2016, il s’agissait notamment d’accroître l’influence française en Afrique du Nord, d’obtenir du pétrole libyen, d’accroître la popularité de Sarkozy au niveau national et de démontrer la puissance militaire française.

En outre, les grandes réserves d’or et d’argent de Kadhafi étaient considérées comme une menace pour le franc CFA français et sa circulation en Afrique du Nord. Le projet de Kadhafi d’établir une monnaie adossée à l’or, à utiliser pour vendre le pétrole libyen, a renforcé cette menace économique pour la France ainsi que pour l’hégémonie du pétrodollar étatsunien.

Pourtant, alors que les autres nations étaient principalement impliquées dans la destruction de la Libye pour empêcher la création du dinar et pour avoir accès au pétrole libyen, Sarkozy était peut-être principalement intéressé à sauver sa propre peau – un effort qui n’a peut-être servi à rien étant donné sa récente arrestation.

*Whitney Webb est rédactrice pour MintPress News, elle a écrit pour plusieurs organismes de presse en anglais et en espagnol ; ses articles ont été diffusés sur ZeroHedge, The Anti-Media et 21st Century Wire, entre autres. Elle vit actuellement dans le sud du Chili.

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2018/03/le-role-de-nicolas-sarkozy-dans-l-elimination-de-kadhafi-etait-il-plus-personnel-que-geopolitique-mint-press-news.html

Leave a Reply


  • Archives