site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Le président vénézuélien Nicolas Maduro (G) reçu par son homologue russe Vladimir Poutine, à Moscou en décembre 2018, pour signer un accord pétrolier. ©AP

Le président vénézuélien Nicolas Maduro (G) reçu par son homologue russe Vladimir Poutine, à Moscou en décembre 2018, pour signer un accord pétrolier. ©AP

PDVSA, groupe pétrolier du Venezuela, a annoncé à ses clients que ses coentreprises verseraient désormais leurs revenus  pétroliers sur un compte récemment ouvert dans la banque russe Gazprombank, appartenant à la société Gazprom, selon des sources.

Le groupe pétrolier du Venezuela, PDVSA, a décidé de déposer ses revenus pétroliers chez la banque russe Gazprombank, appartenant à la société Gazprom. La décision intervient après que les États-Unis ont imposé le 28 janvier de nouvelles sanctions financières dures, destinées à bloquer l’accès du président vénézuélien Nicolas Maduro aux recettes pétrolières du pays.

Le porte-parole du Kremlin avait auparavant déclaré à Reuters que la Russie défendrait ses intérêts au Venezuela dans le cadre des lois internationales et en utilisant tous les moyens possibles. Le géant pétrolier russe Rosneft a annoncé qu’il allait investir des sommes colossales en PVDSA en échange de l’importation du pétrole en provenance du Venezuela.

a PDVSA a également demandé à ses partenaires étrangers de décider de poursuivre ou non le projet d’investissement dans la principale région productrice de la ceinture de l’Orénoque, selon deux sources informées des discussions.

Les partenaires de la coentreprise incluent Equinor ASA (Norvège), Chevron Corp (États-Unis) et Total SA (France).

Des pétroliers chargés au large des côtes du Venezuela ne peuvent pas être déchargés par les clients de PDVSA en raison de problèmes de paiement. L’objectif en est de priver Madudo des recettes pétrolières. Le goulot d’étranglement a posé des problèmes à PDVSA pour qu’elle puisse continuer à produire et à raffiner du pétrole sans diluants ni composants importés.

Samedi soir, le sénateur républicain US, Marco Rubioa, a prétendu qu’un navire saoudien avait été envoyé au Venezuela pour aider Maduro à vendre du pétrole et à augmenter les revenus pétroliers.

Selon le sénateur américain, le navire saoudien est censé arriver lundi au Venezuela pour vendre les diluants utilisés pour pomper et vendre du brut et générer des revenus pour le gouvernement vénézuélien.

Les partisans du chef de l’opposition vénézuélienne et président autoproclamé, Juan Guaido, ont récemment annoncé la création d’un fonds permettant d’accepter la recette de ventes du pétrole vénézuélien.

Mercredi dernier, Rubio avait également déclaré au Wall Street Journalque le chef de l’opposition du Venezuela nommerait un nouveau conseil de gouvernance pour la compagnie pétrolière Citgo Petroleum. Samedi soir, Reuters avait fait part de la décision de la compagnie vénézuélienne d’expulser certains directeurs américains.

Les États-Unis et certains autres pays ont reconnu Guaido comme le président  du Venezuela. Pour le président légitime du Venezuela, Nicolas Maduro, Guaido n’est qu’une marionnette américaine qui tente de fomenter un coup d’État.

L’Iran, la Russie, la Chine, la Turquie, le Mexique, Cuba n’ont cependant pas reconnu Juan Guaido, en apportant leur soutien au gouvernement légitime de Maduro.

La haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, a plaidé pour la tenue des élections anticipées au Venezuela.

Pour ce qui est des évolutions du Venezuela, le porte-parole de la diplomatie iranienne, Bahram Qassemi, a déclaré dans un communiqué que la RII soutenait le gouvernement et la nation du Venezuela face à toute ingérence étrangère dans les affaires intérieures du Venezuela ou toute tentative de fomenter un coup d’État illégal contre le gouvernement légitime de Nicolas Maduro.

« Nous espérons que le gouvernement et le peuple du Venezuela trancheront aussi tôt que possible leurs différends grâce aux mécanismes légaux et pacifiques », a ajouté le diplomate iranien.

Comments are closed.

  • Archives