site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Les chars US de retour en Europe pour contrer l’«impérieuse Russie» © AFP 2016 PETRAS MALUKAS

Les chars US de retour en Europe pour contrer l’«impérieuse Russie»
© AFP 2016 PETRAS MALUKAS

Les chars US de retour en Europe pour contrer l’«impérieuse Russie»

La chasse aux sorcières se poursuit et au lieu de se mobiliser contre les menaces bien réelles, c’est la Russie qui, comme il est de coutume ces derniers temps, tient l’Occident éveillé. Le dernier exemple en date: le retour de chars US en Europe. La raison est assumée: contenir la Russie.

Trois ans après le départ du dernier char américain du Vieux Continent, les USA font revenir leur matériel de combat en Europe et ce pour dissuader l’« impérieuse Russie », rapporte la chaîne NBC.

« L’approvisionnement critique de matériel militaire », à savoir des chars Abrams, des véhicules de combat d’infanterie Bradley, des obusiers M109 Paladin sont déployés dans la zone d’Eygelshoven, aux Pays-Bas. Cet équipement militaire permettra à l’armée US de former encore une brigade lourde en renfort de la 173e brigade aéroportée US et du 2e régiment de cavalerie qui y sont déployés », est-il indiqué.   

En outre, les États-Unis et l’Otan s’apprêtent à renforcer la présence militaire dans la partie orientale du continent. Comme l’assurent des sources de la NBC au sein de l’Alliance, l’initiative vise à envoyer « un signal clair à la Russie ».

D’ici janvier, le contingent américain en Europe doit augmenter de 4 000 hommes et de 3 000 unités de matériel de combat. Bien évidemment, ce sont les pays de l’Europe de l’Est qui accueilleront les soldats salvateurs contre la « menace russe », dont la Roumanie, la Pologne, la Bulgarie et les pays baltes. « Nous ne voulons pas risquer l’escalade des tensions, mais nous sommes décidés à montrer notre engagement aux obligations (de défendre les alliés au sein de l’Otan, ndlr), a déclaré le général néerlandais Tom Middendrop lors de la cérémonie d’inauguration de la base à Eygelshoven.

Un poncif. Il convient toutefois de noter qu’au lieu de combattre une menace imaginaire, il serait peut-être plus judicieux de réunir tous ces contingents pour venir à bout d’une menace bien concrète qui est le terrorisme international, un fléau qui ne cesse de frapper le monde occidental de l’intérieur.

https://fr.sputniknews.com/international/201612171029225698-menace-russe-us-europe/

Comments are closed.

  • Archives