site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


 Des soldats américains s'entraînent au Gabon © Global Look Press / Spc. Yvette Zabala-Garriga

Les États-Unis ont déployé du personnel militaire au Gabon, en prévision d‘éventuelles manifestations violentes en République démocratique du Congo, lorsque les résultats d’une élection présidentielle seront connus.

Dans une lettre adressée aux dirigeants du Congrès, le président Donald Trump a déclaré que le premier contingent d’environ 80 militaires était arrivé au Gabon mercredi.

Il a déclaré qu’ils “resteront dans la région jusqu‘à ce que la situation sécuritaire en République démocratique du Congo devienne telle que leur présence ne soit plus nécessaire”.

Trump a dit que des forces supplémentaires pourraient se déployer au Gabon “si nécessaire”.

La commission électorale du Congo doit publier les résultats provisoires de l‘élection présidentielle dimanche, mais elle a déclaré qu’il pourrait y avoir des retards en raison de la lenteur de l’arrivée des feuilles de décompte.

Les observateurs et l’opposition affirment que les élections ont été entachées de graves irrégularités. Le gouvernement congolais affirme que les élections ont été justes et se sont déroulées sans heurt.

La coalition au pouvoir du Président Joseph Kabila soutient son successeur Emmanuel Ramazani Shadary.

La communauté internationale craint qu’un résultat contesté ne provoque des troubles, comme ce fut le cas après les élections de 2006 et 2011.

Jeudi, le département d‘État américain a demandé à la commission électorale de veiller à ce que les votes soient comptés avec exactitude et a menacé d’imposer des sanctions contre ceux qui ont sapé le processus ou menacé la paix et la stabilité dans le pays.

Par Regardsurlafrique Avec Africa24monde / REUTERS

Comments are closed.

  • Archives