site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Mouammar Kadhafi en 2010 à Tripoli lors de l'ouverture du forum des rois, sultans, émirs, cheikhs et leaders traditionnels africains. © Reuters/Ismail Zitouny/Files

Mouammar Kadhafi en 2010 à Tripoli lors de l’ouverture du forum des rois, sultans, émirs, cheikhs et leaders traditionnels africains.
© Reuters/Ismail Zitouny/Files

Khalid Al-Wershiffani et trois de ses compagnons, dont Kamal Lembarki, tous fidèles de l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, ont été assassinés par une milice fidèle à l’armée nationale libyenne (LNA), force de Haftar.

Le groupe armé Al-Kani, fidèle de Haftar, a tué Al-Wershiffani par cinq coups de feu, indiquent des sources militaires. Les corps de celui-ci et de ses compagnons sont à la morgue de l’hôpital Bani Walid. Al-Wershiffani est l’un des fondateurs de l’armée des tribus fidèle au régime de Mouammar Kadhafi.

Il a participé à de nombreux conflits avec une notoriété particulière comme l’enlèvement, le banditisme et d’autres crimes sur la route reliant Tripoli à des villes de montagne entre 2014 et 2017.

Depuis le début de l’offensive de Haftar à Tripoli, Al-Wershiffani et ses compagnons ont rejoint les forces de la LNA avant d’être assassinés dans ce qui semble être un conflit interne entre les forces placées sous le commandement de Haftar, notamment parce que celles qui ont été tuées étaient fidèles au régime de Kadhafi.

En mai dernier, la milice Al-Kani a perpétré un meurtre similaire contre d’anciens loyalistes du régime, tels que le brigadier général Masoud Al-Dawi et, en juin dernier, Mohammed Eshtiwi – dirigeant important de l’Armée des tribus. Haftar aurait également tenté d’assassiner Saif Al-Islam Kadhafi en soudoyant la brigade qui le gardait à Zintan, où il était détenu depuis 2011.

Par RSA avec Source

Comments are closed.

  • Archives