site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Mamadi Diané

Mamadi Diané

Mamadi Diané : l’homme des réseaux

Il a été l’un des piliers de la campagne du président Alassane Ouattara en 2010. Une contribution qui lui a valu sa nomination au poste de conseiller spécial à la Présidence de la République. Et ce de 2011 jusqu’à ce mardi 30 août, où un communiqué de la présidence l’a démis de ses fonctions.

Tout est parti d’une conversation téléphonique interceptée, dans laquelle l’on entend une voix attribuée à Mamadi Diané s’adresser au candidat Jean Ping, et lui demandant d’intervenir auprès de certains membres de la commission électorale gabonaise afin de les amener à démissionner pour créer « la pagaille »

L’ex-conseiller est présenté par ses proches comme un « puissant homme de réseau,», qui a vu défiler dans ses bureaux de AMEX International de Washington, d’illustres hommes d’État africains en visite aux États-Unis. Parmi ces derniers, l’on cite le Tanzanien Julius Nyéréré, le Zaïrois Mobutu Sésé Séko, le Zambien Kenneth Kunda, le Kényan Daniel Arap Moï, le Sénégalais Abdoulaye Wade etc.

Mamadi Diané, bien connu dans le monde des affaires, fait partie des « businessmen bien introduits dans les cercles de la classe politique africaine », confie l’un de ses proches. « Sur la scène américaine, il est réputé être l’un des Africains les plus introduits au sein de la classe politique. Ses solides amitiés avec le président Bill Clinton et le vice-président Al Gore sont un secret de Polichinelle », ajoute ce dernier, sous le couvert de l’anonymat. Poursuivant, notre source soutient que c’est au nom de cette amitié et de la confiance qui en découle que le président Clinton l’a fait nommer comme membre de la commission présidentielle de la politique industrielle américaine. « Il a siégé 11 ans durant, à compter de 1999, au sein du conseil d’administration des trois aéroports de la région de Washington.

En 1994, il a fait partie du comité d’organisation de la Coupe du monde, un constitué de 12 membres et présidé par l’ancien Secrétaire d’État, Henri Kissinger. De 1987 à 1989, il a été conseillé du Black Caucus, pour les affaires africaines (commerce, finances et développement) » nous dit ce proche de Diané, avec fierté, tout en lui attribuant la visite, à Yamoussoukro en 1980, du Président américain Richard Nixon, pour l’inauguration du Golf Club.

D’origine guinéenne, Mamadi Diané, a passé son enfance à Abidjan (Treichville). Il jouit également des nationalités ivoirienne et américaine. Une bonne couverture qui lui permet de prospérer dans le monde des affaires, notamment, aux cotés de plusieurs dirigeants et hommes politiques africains. Son passage au Gabon et les écoutes téléphoniques dans lesquelles il est impliqué, le révélant au grand monde, pourrait couper certaines de ses tentacules et lui fermer de nombreuses portes. Du moins, officiellement.

Ouakaltio Ouattara

http://www.jda.ci/news-politique-personnalites-545-mamadi-diane-l-homme-des-reseaux.html

Leave a Reply


  • Archives