site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (G) et le roi marocain Hassan II. (Photo d’archives)

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (G) et le roi marocain Hassan II. (Photo d’archives)

Alors que les autorités israéliennes parlent des voyages imminents du Premier ministre Netanyahu dans certains pays arabes, la Tunisie et l’Algérie n’ont pas autorisé son avion à traverser leur espace aérien.

Les responsables israéliens ont fait état de la visite du Premier ministre israélien au Maroc à l’invitation officielle du roi marocain.

En dépit des pressions des États-Unis, des pays européens et arabes, Alger et Tunis se sont opposés au passage de l’avion de Benyamin Netanyahu dans le ciel de leur pays, ont rapporté les médias tunisiens.

Le journal arabe Raï al-Youm s’est penché dans un article ce mardi 29 janvier sur cette visite en disant que le gouvernement marocain refuse pour le moment de commenter le voyage de Netanyahu dans le pays de peur de réveiller les sentiments religieux et national chez les Marocains.

Netanyahu, qui est accusé de corruption, connaîtra selon le journal arabe le même sort que l’ancien Premier ministre israélien Ehud Olmert, qui a fini en prison. Maintenant, Netanyahu cherche à utiliser les voyages qu’il effectue dans les capitales arabes dans le cadre de sa campagne électorale afin de repousser sa condamnation. Il espère en effet parvenir à normaliser avec un certain nombre de pays arabes afin de rehausser sa popularité parmi les Israéliens.

Raï al-Youm a écrit que le Soudan était victime de fortes pressions du régime israélien. Les milieux israéliens parlaient de Khartoum comme de la deuxième destination de Netanyahu après Mascate. Le président soudanais Omar el-Béchir a reconnu il y a quelque temps avoir subi des pressions de plusieurs pays pour normaliser ses relations avec Tel-Aviv. El-Béchir avait reçu une proposition disant que s’il voulait résoudre la crise économique soudanaise et voir le nom de son pays retiré de la liste du terrorisme, il devrait normaliser ses relations avec le régime israélien.

Selon le journal arabe, le Maroc ne souffre pas comme le Soudan d’une grave crise économique et ne fait pas face à une révolution populaire. Par conséquent, si Netanyahu se rendait au Maroc, ce serait dans l’intérêt des ennemis de Rabat et ne servirait pas les intérêts du pays.

Par Africa24monde Avec Presstv

Comments are closed.

  • Archives