site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


Barkhane quitte le Niger pour aller au centre du Mali. ©UN

Barkhane quitte le Niger pour aller au centre du Mali. ©UN

Barkhane se retire pour aller dans le centre du Mali

Au Niger, suite à la demande du président Mohammadu Issoufou de créer une coalition internationale, qui viserait principalement la France et les États-Unis, Barkhane a décidé de se retirer de sa base avancée de Madama dans le nord du Niger. Étant donné que les États-Unis ont pris entièrement le Niger dans leurs mains, Barkhane va commencer à s’effacer de plus en plus pour se concentrer sur le centre du Mali. Cette concentration d’effort touchera particulièrement la mise en place du plan de démembrement du Mali à partir du centre, puisque les forces militaires françaises ont prévu de se redéployer dans la Liptako Gourma.

Selon le général français ­Steiger, cette dernière va permettre « de marquer l’implantation de Barkhane et de pouvoir lancer des opérations durables dans cette zone. Et pour cela, a-t-il expliqué, « il a été jugé nécessaire de récupérer les moyens disponibles à Madama pour pouvoir les engager plus au sud, dans le Liptako Gourma. »

À ce sujet, le général Frédéric Blachon, le commandant de la Force Barkhane, avait donné les raisons de l’intérêt de la base de Gossi, autrefois occupée par les Casques bleus de la MINUSMA. « Nous avons choisi de nous étendre dans le Gourma, une zone contiguë, qui, comme le Liptako, est une zone frontière. […] En effet, Gossi, ville de 45.000 habitants située sur l’axe Bamako-Gao, est un important carrefour économique au Mali.

Ce qui fait que Barkhane se positionne là pour décimer la résistance malienne qui bloquerait le processus néocoloniale. Le même processus a été mis en place dans le nord du Mali, qui s’est maintenant stabilisé car forces Barkhane et terroristes sont parvenus à un accord ensemble. Le centre du Mali subi exactement le même schéma. Cette région du Liptako-Gourma est une zone d’ou devrait commencer les nouvelles frontières. Le nord et le centre devraient se rattacher et descendre jusqu’au sud du Burkina Faso et prendre aussi toute la partie ouest du Niger.

Il est très peu mentionné aussi que le Liptako-Gourma est une institution créée en 1970 pour développer cette zone qui abrite 45% de la Population totale des trois Etats. L’Autorité du Liptako-Gourma a pour mission la mise en valeur des riches ressources minières, énergétiques, hydrauliques, agricoles et pastorales dont regorge la zone.

D’autant plus que tous les moyens militaires seraient à porter de main dans la zone. Les bases militaires se trouvent à proximité, les unes des autres. Celle déployées près de Niamey, la base qui a été déplacé du nord du Mali dans le centre. Encore faut il déployée une base dans le nord du Burkhina Faso, qui continue de faire acte de résistance suite à une arrivée des troupes occidentales. Au lieu de cela, Barkhane s’est installé à Gao au Mali près de la frontière avec le Burkina Faso.

Mais c’est dans tous les pays africains que la résistance s’intensifie de plus en plus. Pour ne pas être pris de court, la France et les États-Unis se mettent en place pour pouvoir neutraliser la population résistance et sécurisé aussi les mercenaires terroristes à leur solde.

Cette fameuse résistance continue d’empêcher les plans néocoloniaux de se mettre en place. Il est de plus en plus difficile pour Barkhane de pouvoir mener à bien ses opérations sans faire face à la résistance. Ces pourquoi les forces Barkhane ont été au départ surestimées, car la résistance de la population n’a jamais vraiment été pris en compte contrairement à maintenant. 

 Par Regardsurlafrique Avec Presstv

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

  • Archives