site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


La bataille des devises (Reuters)

La bataille des devises (Reuters)

Pekin détient 1,2 milliard de dollars d’obligations américaines, mais une vente en guise de représailles nuirait à son économie.

« Vous achetez nos produits, nous achetons vos obligations. » Cette règle non écrite a marqué les relations économiques entre la Chine et les États-Unis au cours des vingt dernières années.

En conséquence, une vague de produits assemblés ou fabriqués en Chine a inondé le marché américain. Et, en contrepartie, ce mécanisme a permis aux Américains d’emprunter pour financer leurs dépenses, car Washington a toujours pu compter sur les Chinois pour placer leurs obligations du Trésor.

En pleine guerre commerciale entre les deux superpuissances, cet équilibre est également remis en question. Ou du moins, il est utilisé politiquement. La Chine dispose de 1,13 billion de dollars de titres de créance américains, soit 17% du total des actions étrangères. C’est-à-dire qu’il s’agit du plus grand prêteur international des Américains (devant le Japon) et se classe au troisième rang du classement, juste après la Réserve fédérale. La première place est pour les Américains.

Mesure de pression
Vendre des titres du Trésor comme arme de représailles

Il y a quelques jours, le directeur du journal chinois The Global, Xu Hijin, a déclaré que « plusieurs hauts responsables discutent de la possibilité de se débarrasser des obligations américaines et cherchent un moyen de le faire de manière spécifique ». En mars dernier, la Chine s’est débarrassée d’obligations d’une valeur de 20 000 millions de dollars. La plus grande opération de vente des deux dernières années. Si Pékin décidait d’utiliser le bouton de la dette nucléaire, les conséquences pour le marché seraient imprévisibles. « Pour moi, c’est le plus gros risque. C’est la plus grande arme dont disposent les Chinois », a déclaré à CNBC Sung Won Sohn, professeur d’économie à l’Université Loyola Marynount et président du cabinet de conseil SS Economics.

En outre, ces derniers mois, les Chinois ont réorienté une partie de leurs investissements vers d’autres actifs et ont fui le dollar. Par exemple, cette année, pour la première fois, ils sont revenus acheter de l’or sur le marché afin de diversifier leurs actifs. Ce sont des signaux, plus qu’une déclaration d’intention … mais la Chine peut-elle vraiment menacer les États-Unis? avec une vente massive d’obligations en représailles? En fait, les comptes ne sortent pas. Comme le disent les analystes de la Société générale, « pour les Chinois, il s’agit d’un dernier recours, une tactique de brûlage des terres qui n’est pas très efficace ». Parce que?

Chute du dollar
Une tempête monétaire qui changerait le yuan

« Si les Chinois décidaient de vendre leurs obligations, qui les achèterait? Selon toute vraisemblance, la réserve fédérale. Cela ne ferait que d’imprimer des billets et cela provoquerait des remous dans les taux de change « , déclare l’économiste et investisseur Luis Torras, qui vient de rentrer du pays asiatique après une réunion avec de hauts responsables chinois.

En bref, la vente d’obligations ferait chuter le dollar. Cela rendrait les produits américains (qui vendraient moins) plus chers pour les consommateurs américains, mais freinerait également le renminbi. N’oubliez pas que les Chinois ont utilisé ces énormes investissements en dollars pour maintenir le yuan faible. Un outil qui lui a permis de faire moins cher ses ventes à l’étranger et, surtout, de donner du travail à sa population. Et il est difficile pour les Chinois d’abandonner cela.

Réserves de change
La valeur des monnaies accumulées par la Chine s’effondrerait

La Chine est le pays qui possède le plus de réserves en devises: 3,1 milliards de dollars. Le problème est que les deux tiers sont libellés en dollars. Si le billet vert se déprécie, la valeur de ces réserves s’affaiblit. Le même discours peut être fait avec les obligations du Trésor américain détenues par Beijing. Si la Chine commence à les vendre, dans le but de faire pression sur Washington, elle finira également par se faire mal, car la valeur du reste des obligations de son portefeuille finirait par chuter. Votre richesse diminuerait.

Impact relatif
La plupart dette nationale américaine

L’économie américaine a beaucoup de ressources. Bien que très endetté, il pourrait peut-être supporter la pluie torrentielle. Plus de la moitié de la dette souveraine américaine, dont 55% en particulier, est entre les mains d’investisseurs nationaux. Avec des comptes en main, les Chinois ont entre 6% et 7% des obligations américaines.

En cas de vente massive de ces titres aurait certainement un impact (pour les Etats-Unis se financer plus cher, jusqu’à 0,4% de plus, selon la banque UBS), mais ce ne serait pas une tragédie. Et un fait important: cette semaine, le rendement du Trésor américain à 10 ans a atteint 2,32%, le plus bas niveau enregistré depuis la fin de 2017. Les investisseurs considèrent toujours les titres à revenu fixe américains comme un lieu sûr.

Environnement économique
Pékin se retrouverait avec des alternatives d’investissement

Si Pékin renonçait aux obligations américaines, il devrait également répondre à une autre question: que faire de cet argent qui entrerait? Aujourd’hui, avec l’environnement des taux bas, il n’y a pas beaucoup d’autres solutions pour garer l’argent, à moins que vous ne vouliez parier sur le revenu variable. Pour vous donner une idée, le Bund allemand à 10 ans offre actuellement des rendements négatifs. Pékin se fait tirer dessus par les fesses.

Stratégies de négociation
Les Chinois veulent gagner la confiance du marché

Pour Torras, « la Chine et les États-Unis Ils sont cousus par la dette. Ils sont donc obligés de se comprendre et, au-delà de la bravade et des gestes, ils devront parvenir à un accord.  » « Je pense qu’il est très peu probable que la Chine adopte l’option nucléaire, il est plus probable que les Chinois semblent toujours réagir aux actions américaines. mais ne pas prendre l’initiative « , explique Alfredo Pastor, professeur à Iese, expert des économies émergentes.

« Les Chinois pensent qu’ils ne peuvent pas créer un problème sérieux pour les Etats-Unis. En fait, l’un de ses objectifs doit nécessairement être d’inspirer confiance dans le reste du monde à propos de ses intentions pacifiques et ainsi de gagner ainsi en sécurité générale. Et cela n’est pas compatible avec une position commerciale agressive.  » Le bouton nucléaire est caressé, mais heureusement il n’est jamais utilisé.

Traduit par Tinno Bang Mbang

Par Regardsurlafrique lavanguardia

Comments are closed.

  • Archives