site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Livre: "Programmés pour échouer"..photo:Facebook

Livre: « Programmés pour échouer »..photo:Facebook

La couverture à elle toute seule en dit long sur le contenu de cet ouvrage de 202 pages. Au premier regard, on comprend tout ou presque. Samuel Eto’o Fils, le capitaine des Lions indomptables, debout mains aux hanches, tête baissée, visiblement déçu.

Déçu sans doute de voir que l’équipe dont il se réclame être le leader vient honteusement de sortir du Mondial 2010. Déçu surtout de n’avoir pu sauver le navire du naufrage. Lui qui promettait au peuple une participation plus honorable du Cameroun à cette coupe du monde.

 

Hélas ! Trois matchs et autant de défaites, zéro point et avant-dernière de la compétition. Le bilan n’est pas reluisant pour une équipe qui fût jadis la terreur continentale voire au-delà. Où sont donc passés ces années d’euphorie qui ont rythmé la vie des milliers de supporters camerounais ? Que sont devenus ces heures de gloires qu’ont connues Milla, Abéga, Kundé, Nkono et Cie ? C’est à coup sûr pour annoncer l’urgence d’un diagnostic que Gérard Dreyfus, le préfacier de cet ouvrage s’interroge : « de quels maux souffrent nos Lions indomptables ? ». Ces (pauvres) Lions regrette-t-il, qui ne font plus rêver.

Jean Bruno Tagne a donc osé percer ce mystère. Là où les voix, même les plus autorisées, ont préférés se claquemurer dans un mutisme inimaginable, il a parlé. En fait, il tente à travers une enquête minutieuse de poser le diagnostic. Sans être chirurgien, il essaye de disséquer ce grand corps malade qu’est la sélection nationale. Pour ce faire, il promène le lecteur dans les méandres d’une tanière où la superpuissance de quelques leaders a souvent raison des sélectionneurs. Il passe également au crible ces combines, ces guerres de clans, ces égos, cette haine, cette « mafia » orchestrés par certains joueurs en connivence avec les responsables du ministère des sports et de l’éducation physique (Minsep) et la fédération camerounaise de football. Même si d’aucuns estiment que sa plume est acerbe, « Jbt » reste professionnel.

C’est pourquoi il ne se limite qu’aux faits, aux choses vues et entendues. En treize chapitres, l’auteur reconnaît qu’il n’a pas tout dit. Mais que sa démarche a permis de retracer l’itinéraire d’une équipe qui, à force de s’habituer aux improvisations et au laisser-aller, a fini par connaître le chao. Jean Bruno Tagne raconte le quotidien, l’environnement de cette équipe nationale qu’il a plusieurs fois accompagnée dans certaines expéditions continentales.

C’est dire qu’il sait de quoi il parle. Grâce à un récit basé sur des témoignages, il promène le lecteur dans cet « univers où les petites jalousies se mêlent aux grandes haines, le tout mêlé d’imprévision et d’une inorganisation surprenante ». Bref, il présente au public le vrai visage de cette équipe nationale qui fût, à une certaine époque, l’opium du peuple. Non pour la livrer à la vindicte populaire, mais pour ensemble en trouver les remèdes.

Jean-Bruno Tagne. L’auteur du livre « Programmés pour échouer » évoque le rôle du capitaine des Lions dans la débâcle au Mondial 2010.

Vous venez de commettre un livre intitulé « Programmés pour échouer. Enquête sur la débâcle des Lions Indomptables en Afrique du Sud. » Pourquoi un tel titre ?

Parce que dans l’enchaînement des événements qui ont précédé la Coupe du Monde, il y a eu des faits et gestes qui ne pouvaient qu’entraîner la bérézina que nous avons connue en Afrique du Sud. Souvenez-vous que trois jours avant la compétition, nos joueurs étaient en vadrouille ici à Yaoundé, alors que tous les autres pays se concentraient en Afrique du Sud.

Autre chose, et comme le souligne aussi mon préfacier, Gérard Dreyfus, nous avons eu un entraîneur incompétent qui n’a pas gagné le moindre de ses matchs de préparation et qui n’aura jamais aligné la même équipe deux fois. Ajouté à tout cela, il y a eu l’incapacité consommée de la Fécafoot et du ministère des Sports à régler les querelles byzantines entre les joueurs avant le début de la compétition. On s’est donc retrouvé en Afrique du Sud à multiplier des réunions de crise, au lieu de laisser les joueurs se concentrer et jouer pour gagner des matchs.

La couverture de votre livre est illustrée par Samuel Eto’o et, dans le livre, vous parlez abondamment de lui. N’est-ce pas un acharnement ?

Que non ! Je pense simplement qu’il est impossible de parler du désastre des Lions en Afrique du Sud sans évoquer Eto’o, qui en est quand même le leader et un joueur emblématique. On ne peut pas oublier que son capitanat a cristallisé la fronde d’un certain nombre de joueurs qui ne l’ont jamais accepté. Mon enquête démontre donc que, peut-être malgré lui, Samuel Eto’o est un acteur de l’échec des Lions en Afrique du Sud. Lui-même le reconnaît. Mais il n’est pas le seul. Il y a les Song, Kameni, Emana, etc.

Votre livre sort au moment où on tente de recoller les morceaux des Lions Indomptables. Ne venez-vous pas remuer le couteau dans la plaie ?

C’est pure utopie que de penser qu’on peut régler les problèmes de l’équipe nationale en ce moment d’un coup de baguette magique. La Fécafoot et le ministère des Sports s’y prennent tellement mal que je ne vois pas comment ils vont ramener la paix et les résultats dans cette équipe. Après la Coupe du Monde, on a tout fait (forum sur le football, états généraux du sport, etc. ),  sauf ce qu’il fallait faire. Le lourd passif que nous avons ramené d’Afrique du Sud est comme un caillou dans la chaussure des Lions, et tant qu’on ne l’a pas extirpé, nous resterons, et pour longtemps encore, programmés pour échouer.

Que voulez-vous concrètement démontrer ?

Je veux démontrer qu’il y a une opacité managériale sur fond d’amateurisme et d’incompétence dans la gestion de l’équipe nationale. Le football professionnel, au-delà du talent des joueurs, est devenu une question d’organisation et de vision. En clair, il faut revenir à l’orthodoxie dans le fonctionnement de l’équipe nationale. Pour illustrer tout ça, je vais reprendre des propos de Samuel Eto’o dans le dernier numéro du magazine Am : « J’aimerais que l’on ait une sélection qui travaille selon une stratégie établie sur plusieurs années, comme en club. La stratégie du Cameroun ne peut pas se résumer à dire : «Nous avons Eto’o, il va marquer des buts, nous allons gagner » ! »

Jean-Bruno Tagne
Programmés pour échouer
Les Editions du Schabel, Yaoundé, 2010
202 pages
Prix : 10 000Fcfa

Disponible dans toutes les librairies

source live.mboa et autres

Réagir à cet article »

 

Leave a Reply


  • Archives