site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Le président russe Vladimir Poutine, ce jeudi 22 décembre 2016 devant la dépouille de son ambassadeur en Turquie, Andrei Karlov, assassiné à Ankara deux jours plus tôt. Sputnik/Kremlin/Alexei Nikolskyi via REUTERS

Le président russe Vladimir Poutine, ce jeudi 22 décembre 2016 devant la dépouille de son ambassadeur en Turquie, Andrei Karlov, assassiné à Ankara deux jours plus tôt. Sputnik/Kremlin/Alexei Nikolskyi via REUTERS

Puissance nucléaire: Vladimir Poutine plus dissuasif que jamais

Le temps du désengagement nucléaire semble révolu. Ce jeudi 22 décembre 2016, Vladimir Poutine a ordonné le renforcement de la force de frappe nucléaire russe dès l’an prochain. Le président russe souhaite la rendre capable de percer n’importe quel bouclier antimissile. Comme celui déployé par les Etats-Unis en Roumanie et en Pologne.

« Aujourd’hui, nous sommes plus forts que n’importe quel agresseur potentiel. N’importe lequel. » Devant un parterre de généraux russes réunis ce jeudi 22 décembre au ministère de la Défense, Vladimir Poutine a tenu à justifier sa course à l’armement.

Plus qu’à son auditoire, le message avait l’air d’être adressé aux Etats-Unis d’Amérique : « Si nous nous laissons aller ne serait-ce qu’une minute, si nous laissons ne serait-ce qu’une seule faille dans le système, dans la modernisation de l’armée et de la flotte, la situation peut évoluer très rapidement, compte tenu des événements actuels dans le monde. »

Stratégie défensive

Pour Vladimir Poutine, l’Occident représente une menace, qu’il s’agisse du déploiement des forces de l’Otan dans les zones limitrophes de la Russie, ou du bouclier antimissile américain en Europe de l’Est. Le président russe n’a de cesse d’évoquer une stratégie purement défensive. Mais l’est-elle ?

En 2016, déjà, quelque 100 missiles, rampes de lancement et autres postes mobiles de commandement sont venus enrichir la force de frappe nucléaire de la Russie. Moscou remplace aussi les missiles balistiques soviétiques par des missiles intercontinentaux flambants neufs pouvant porter des ogives nucléaires.

RFI correspondante à Moscou, Elena Volochine

Leave a Reply


  • Archives