site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


L’Occident veut emboîter le pas à la Russie en RCA

L’Occident veut emboîter le pas à la Russie en RCA

l’Occident veut emboîter le pas à la Russie

En Centrafrique, à Bangui, de nouvelles attaques ont eu lieu, relayées par les médias mainstream, avec un bilan de 4 morts et 26 blessés dans le quartier stratégique du PK5.

Ce sont les premiers combats d’une telle intensité dans la capitale depuis l­a signature de l’accord de paix en février dernier. Suite à cela, la MINUSCA affirme avoir déployé des patrouilles dès mercredi soir et des renforts jeudi matin. La MINUSCA a de plus annoncé travailler « en étroite coordination avec les Forces de sécurité intérieure qui ont aussi déployé des éléments dans les quartiers environnants afin d’éviter tout débordement et effet de contagion ».

Les tirs se sont arrêtés en début d’après-midi. Hier soir, des médiations étaient en cours pour tenter d’apaiser la situation. Bien évidemment, ce n’est pas les patrouilles de la MINUSCA qui ont arrêté ces attaques. Selon RFI, cette attaque aurait subitement démarré suite à un différend concernant une certaine taxation sur l’essence. Un groupe d’auto-défense aurait taxé du carburant à un commerçant, mais il semble plutôt aberrant d’y consacrer tout un article dans RFI.

Par contre, il faut savoir que ces fameux groupes d’auto-défense sont particulièrement dans la ligne de mire de l’Occident. Non seulement ils sont installés dans une zone où la Russie est très présente, mais en plus, l’Occident attend avec impatience le désarmement de ces groupes, qui ont l’air de sérieusement gêner les Occidentaux. Ce qui fait que le moindre couac dans la région fera l’objet d’un article dénigrant, visant à compromettre la présence russe, les démarches entrepris par le gouvernement de Touadéra afin de rétablir la paix et faire redécoller le pays et surtout l’indépendance de la RCA.

D’ailleurs, l’Occident montre une volonté de vouloir emboîter le pas à la Russie. Ce vendredi 12 juillet, Federica Mogherini, la haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente sortante de la Commission européenne, s’est rendue dans la ville de Bouar avec le président de la République centrafricaine Faustin Archange Touadera. Une visite qui avait notamment pour objet le lancement des projets européens d’appui à la restauration de l’autorité de l’État.

Avec ­la rénovation du camp Leclerc et la construction d’armureries, le lancement des formations de l’armée en province par l’EUTM (Mission de formation de l’Union européenne) fait partie des projets européens. 500 nouvelles recrues FACA seront formées par l’EUTM. Alors que ce sont les formateurs russes qui sont chargés, à la demande du gouvernement centrafricain, de former les FACA, l’EUTM prend aussi part à la formation de soldats centrafricains. À maintes reprises, la France ainsi que l’UE ont affirmé collaborer avec la Russie, donc pourquoi interférer aussi dans la formation des FACA ?

À cette occasion, le général français Eric Peltier, le nouveau ­­commandant qui a pris ses fonctions lundi, a pris la parole :

« Nous formons aujourd’hui les FACA de demain. Cette formation doit être marquée du sceau de l’exemplarité, gage de crédibilité de cette armée centrafricaine en reconstruction. Il s’agit de reprendre pied en province. Notre action ne s’arrêtera pas à Bouar, elle ne doit pas s’arrêter à Bouar. Nous poursuivrons le redéploiement des FACA sur l’ensemble du territoire centrafricain. Notre action s’inscrit dans le temps long en refusant une stratégie de coût. »

Connaissant le mépris des Centrafricains à l’encontre des Occidentaux, ­l’UE veut maintenant se concentrer sur la formation des soldats centrafricains plutôt que l’envoi supplémentaire de militaire qui risquerait de faire face à une certaine résistance de la part de la population centrafricaine. Pour rappel, chaque aide militaire en provenance de l’Occident ressemblait plutôt à de la poudre aux yeux. Par exemple, les 1 400 fusils d’assaut envoyés par la France à l’armée centrafricaine, n’avaient même pas de chargeurs, ni de munitions. Ce qui a largement montré les intentions de l’Occident concernant la formation des FACA et même la sécurité du pays. ­­

La RCA dans son entièreté a la volonté de préserver son indépendance et sa souveraineté en se détachant de l’Occident, qui l’empêche de décoller, et en se rattachant au bloc de la résistance dans l’Est. 

Par Regardsurlafrique Avec Presstv

Comments are closed.

  • Archives