site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Le roi du Maroc Mohammed VI accueilli à Antsirabé, dans le centre de l'île, le 23 novembre 2016. © REUTERS/Clarel Faniry Rasoanaivo

Le roi du Maroc Mohammed VI accueilli à Antsirabé, dans le centre de l’île, le 23 novembre 2016.
© REUTERS/Clarel Faniry Rasoanaivo

Sahara occidental: la fracture au sein de l’UA s’accentue

La présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, a toujours soutenu l’indépendance du Sahara occidental et ses relations avec le Maroc ont toujours été compliquées. Elle est accusée aujourd’hui par Rabat de manœuvrer pour faire «obstruction» au retour du royaume au sein de l’UA. Selon le ministère des Affaires étrangères marocain, elle «manque à son devoir de neutralité et ne respecte pas les règles de l’organisation continentale». La présidente est accusée de trop écouter Alger.

Depuis de longs mois, Rabat multiplie les efforts pour avoir le maximum de pays africains de son côté. C’est ainsi que le royaume a pu réaliser une avancée diplomatique importante. Il a aujourd’hui le soutien de 28 pays africains et il a su développer ses relations économiques avec le continent.

Et il continue à chercher du soutien. Le roi Mohammed VI est actuellement, pour la première fois, au Nigeria. Une visite effectuée dans le cadre d’une nouvelle tournée africaine qui doit aussi passer par la Zambie. Le roi tente d’affaiblir le soutien historique de ces pays au Polisario. Le but est de convaincre l’UA qu’il est inutile de continuer à intégrer une république autoproclamée, non reconnue par l’ONU ni par l’Organisation de la coopération islamique (OCI) ni par la Ligue arabe.

Les changements géopolitiques dans la région du Maghreb et en Afrique viennent au secours du royaume : le Libyen Kadhafi, jadis grand soutien au Sahara occidental, n’est plus. Et plusieurs pays africains craignent aujourd’hui les mouvements séparatistes et révisent leur position.

L’Algérie forte de ses soutiens

En revanche, l’Algérie est toujours là et elle continue à soutenir financièrement et diplomatiquement le Sahara occidental. Et celle-ci est suivie par l’Afrique du Sud et le Nigeria qui reconnaissent la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Ces trois pays financent 60 % du budget de l’UA.

Les relations de Rabat avec l’Egypte se sont récemment dégradées à cause de sa position récente concernant la République sahraouie. Tout comme celles avec la Tunisie et de la Mauritanie.

L’Algérie ne compte pas se taire et son pouvoir sur le continent demeure important. Elle accuse le Maroc de vouloir diviser le rang africain. Justement, c’était pour éviter de diviser l’Union africaine qu’Hassan II avait préféré en 1984 quitter l’organisation panafricaine après l’admission de la République sahraouie.

Tous les signes montrent que l’on se dirige vers une confrontation diplomatique entre deux axes qui se dessinent au sein de l’UA. Et le doute s’installe sur la possibilité d’organiser un vote au prochain sommet sur le retour du Maroc.

http://africa24monde.com/actualite/view/sahara-occidental-la-fracture-au-sein-de-l-ua-s-accentue.html

Comments are closed.

  • Archives