site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Théorie du complot: quand l'Occident voit la "main du Kremlin"

Théorie du complot: quand l’Occident voit la « main du Kremlin »

Théorie du complot: quand l’Occident voit la « main du Kremlin »

Quel que soit l’évènement dans le monde, la Coupe du monde de football ou la crise migratoire, il y aura toujours un média étranger ou un politicien qui parlera de la « main du Kremlin ».

1. Le journal britannique The Guardian a rapporté en juin que les désordres avec la participation de supporters russes avaient été provoqués par le Kremlin et font partie d’une « guerre hybride » contre l’Occident.Il était même indiqué que certains supporters étaient liés avec les structures de force.Les auteurs n’indiquent pas pourquoi la Russie avait-elle élu le supporters britanniques, connus par leur amours pour des bagarres, comme « victimes », et n’expliquent pas le lien entre les supporteurs et les structures de force.

2. En avril, après le scandale de Panama Papers, plusieurs médias occidentaux ont fait Vladimir Poutine le personnage clé de leurs articles, parlant de « deux milliards en offshore », qui, d’après eux mènent vers le dirigeant russe. Pourtant, pas un seul des millions de documents ne mentionne Poutine.
L’économiste américain Clifford Gaddy a supposé que la fuite des « papiers du Panama » aurait pu être organisée par les Russes.
 3. L’Occident estime également que la Russie pourrait jouer un rôle important dans l’aggravation de la crise migratoire. Ainsi, le premier ministre estonien Taavi Roivas a déclaré que Moscou ne bombardait pas les combattants de Daech en Syrie mais « des hôpitaux syriens et d’autres sites civils », afin de provoquer un afflux de nouveaux réfugiés en Europe. De nombreux médias occidentaux ont exprimé le même point de vue.
 4. Sur le fond de crise de la zone euro et de problèmes avec les migrants dans les pays européens,la popularité des partis de droite et eurosceptiques monte en puissance. « La main du Kremlin » a été aussi trouvée ici. En janvier, les médias britanniques ont même publié un dossier selon lequel les forces séciales russes sponsorisent des partis et organisations de bienfaisance à travers l’Europe afin de remettre en cause « l’unité politique ».
 5. Moscou n’a pas été oublié en évoquant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le premier ministre britannique David Cameron avait déclaré que « M. Poutine pourrait être heureux » en répondant à sa propre question visant à savoir qui serait satisfait de voir la Grande-Bretagne quitter l’UE.
 6. Les électeurs néerlandais ont dit massivement non à l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne après un référendum qui a constitué un vote symbolique sur l’UE. The Washington Post a réussi à détecter « la propagande russe » et l’influence considérable de Moscou sur les éléctions en Europe de l’Ouest.
 7. L’automne dernier, la Russie a lancé l’opération contre Daech en Syrie. Pendant ce temps, l’Occident a accusé la Russie pour plusieurs choses, par exemple, d’avoir bombardé les rebelles et non les territoroires de Daech. Dans un certain moment, la Maison Blache, représentée par Barack Obama avait même soupconné la Russie d’avoir aidé Daech.
Il est à noter que deux semaines après cette déclaration, la Syrie a établi la reconciliation avec les efforts conjoints de Moscou et Washington, et l’armée syrienne a repris la province de Raqqa à l’aide des forces aérospatiales russes.
 8. Six ans après le crash de l’avion du président Lech Kaczynski près de Smolensk (Russie), les théories du complot polonaises atteignent leur apogée. Le ministre polonais de la Défense Antoni Macierewicz a déclaré que la Pologne avait été victime du terrorisme et a explicitement qualifié la catastrophe de Smolensk d’attentat.
 9. Les hackers russes restent un des sujets favoris des médias occidentaux. En juin, The Washington Post les a accusés d’avoir attaqué les réseaux de Hillary Clinton et Donald Trump, ainsi que le serveur national du comité national du Parti démocrate. Finalement, le hacker connu sous le pseudo Guccifer 2.0, a revendiqué le piratage des serveurs.
 10. En 2014, lors de l’épidémie d’Ebola, le journaliste du journal allemand Die Welt Hans Ruhle a publié un article pointant des infractions de l’URSS sur la question de l’élaboration de l’arme biologique et des essais visant à créer un arme grâce au virus Ebola. Il a également indiqué que la Russie continuait de travailler sur un tel armement.

Leave a Reply


  • Archives