site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Le président Beji Caïd Essebsi, peu avant sa prestation de serment devant le Parlement, le 31 décembre 2014. REUTERS/Zoubeir Souissi

Le président Beji Caïd Essebsi, peu avant sa prestation de serment devant le Parlement, le 31 décembre 2014.
REUTERS/Zoubeir Souissi

La Tunisie a très officiellement un nouveau président, le premier démocratiquement élu au suffrage universel. Beji Caïd Essebsi, âgé de 88 ans, a prêté serment ce mercredi 31 décembre dans la matinée, avant de poursuivre avec plusieurs cérémonies protocolaires.

Beji Caïd Essebsi s’est rendu ce mercredi midi au Palais de Carthage, siège de la présidence, pour la passation de pouvoir avec son ex-rival, Moncef Marzouki, le perdant de la présidentielle.

Peu avant, dans la matinée, c’était la prestation de serment très solennelle, très applaudie aussi, dans l’hémicycle de l’Assemblée tunisienne. « Je jure par Dieu Tout-Puissant de préserver l’indépendance de la Tunisie et son intégrité territoriale, de respecter sa Constitution et sa législation » : par ces mots, Beji Caïd Essebsi est aujourd’hui devenu à 88 ans, le nouveau chef de l’Etat tunisien. Le premier de toute l’histoire du pays à avoir été élu librement au suffrage universel direct.

Négociations en cours

« Il n’y a pas d’avenir pour la Tunisie sans consensus entre les partis politiques  », a également déclaré le nouveau président. Allusion sans doute aux négociations en cours pour former la nouvelle équipe gouvernementale. BCE, dont le parti Nida Tounes n’a pas obtenu de majorité absolue aux législatives, est obligé de former une coalition pour obtenir une majorité parlementaire.

Mercredi dans l’après-midi, l’actuel Premier ministre Mehdi Joma devait lui remettre sa démission, mais son équipe continuera à gérer les affaires courantes au plus tard jusqu’au 14 janvier, jour anniversaire de la révolution. Un jour choisi symboliquement pour la grande cérémonie officielle d’investiture de BCE, en présence de plusieurs chefs d’État.

 

Par RFI

 

 

 

Leave a Reply


  • Archives