site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


La mort suspecte d’Abou Bakr Ramadan, scientifique nucléaire égyptien. (Photo d’illustration)

La mort suspecte d’Abou Bakr Ramadan, scientifique nucléaire égyptien. (Photo d’illustration)

Maroc: nouveau coup du Mossad?

Selon l’agence de presse iranienne Fars, les médias arabes ont annoncé la mort suspecte d’Abou Bakr Ramadan, scientifique nucléaire égyptien et chef du réseau national de surveillance du rayonnement nucléaire affilié à l’Organisation égyptienne pour la recherche nucléaire au Maroc.

Le scientifique égyptien, qui s’était rendu au Maroc pour assister à une conférence sur l’énergie, est décédé après avoir été transféré à la clinique suite à une sensation du mal à l’estomac.

S’exprimant sur le sujet, le site web Aljarisa 24 a également signalé qu’Abou Bakr Ramadan était décédé suite à une crise cardiaque et que sur l’ordre du procureur général son corps avait été transféré à la morgue afin de déterminer la cause exacte du décès.

Selon le rapport, des sources médicales ont déclaré que Ramadan avait une sensation du mal à l’estomac. Une prise de sang a été faite et doit être transférée au laboratoire afin d’examiner la possibilité d’un empoisonnement.

Le scientifique égyptien avait également assisté à des réunions officielles avec plusieurs ministres arabes de l’Environnement en 2014. Ainsi en 2015, il avait été chargé d’examiner les impacts environnementaux de la centrale électrique israélienne de Dimona.

Les médias marocains ont également évoqué la possibilité que le scientifique égyptien ait été assassiné par le Mossad, a rapporté le site web Al-Mojaz, et écrit que l’assassinat d’Abou Bakr Ramadan par Mossad n’est pas improbable, étant donné qu’il était chargé de mener des enquêtes sur les impacts environnementaux de la centrale nucléaire de Dimona.

Il est également à noter qu’en décembre 2016, Mohamed Zouari, ingénieur tunisien spécialiste des drones, avait été assassiné à l’intérieur de sa voiture devant sa maison à Sfax.

Le Hamas a assuré que ce spécialiste des drones était l’un de ses cadres, et a accusé le régime d’Israël de l’avoir éliminé. En effet, la victime était membre de l’aile militaire du Hamas, le mouvement de résistance islamique de la Palestine, et était en charge notamment de concevoir les drones utilisés par les combattants pour identifier des cibles dans les territoires occupés par Israël.

Au cours des dernières années, les scientifiques nucléaires iraniens ont également été la cible des attentats menés par des forces israéliennes, qui cherchent à empêcher l’Iran de faire des progrès dans le domaine du nucléaire.

Par RSA Avec Presstv

Comments are closed.

  • Archives