site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique


Une Base militaire américaine au Cameroun ?

Une Base militaire américaine au Cameroun ?

Une Base militaire américaine au Cameroun ?

Dans sa stratégie de conquête et de domination du monde entier afin d’accroitre sa présence militaire à travers la planète, l’Amérique avait opté pour l’usage des drones qui nécessitaient moins de moyens humains.
En Afrique, l’Amérique va d’abord renforcer sa seule base militaire sur le continent , Camp Lemonier, une ancienne base de la Légion étrangère française dans l’ État de Djibouti, ensuite le Commandement des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM) fera installer des drones dans des petits postes militaires en Ethiopie, au Kenya, au Tchad, aux Seychelles, au Burkina Faso, en République centrafricaine, au Gabon, au Ghana, au Mali, au Soudan du Sud, en Ouganda et au Sénégal.
En déployant des drones et en installant un réseau de petits postes militaires dans différents pays, Washington renforce sa présence pour prendre le contrôle des régions entières.

cam4

Situé au cœur du golf de guinée, la position géostratégique du Cameroun, faisant de lui le pays pivot dans les échanges entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale jusqu’en Angola, va pousser les grandes puissances à le solliciter pour l’implantation des bases militaires. Notons que c’est en partie cette position géostratégique qui sera capitale pour l’implantation au Cameroun du quartier général du ‘’Centre interrégional de coordination des actions de sûreté et sécurité dans le golfe de Guinée’’.

C’est depuis 2001, bien avant la création d’Africom que les Etats-Unis d’Amérique vont engager les négociations pour l’implantation d’une base militaire en sol camerounais. Cette demande sera renouvelée par le premier commandant d’Africom, l’Afro américain le General William E.Ward reçu le 24 février 2008 à Yaoundé par le président Paul Biya.

Carter

Paris comme Washington échoueront à chaque fois dans les négociations à vouloir une base militaire permanente au Cameroun.
Entretemps, le Cameroun va refuser de prolonger les accords de défenses avec la France pour un nouveau type de coopération plus équilibré, c’était le 19 Mai 2009 à Yaoundé.
Le 17 Mai 2014, dix chinois sont enlevés à Waza au Cameroun. Alors que le premier ministre français Laurent Fabius après s’être offusqué de ce qu’il appelait ‘’ l’incapacité’’ du Cameroun à coordonner les opérations de sécurité sur son sol, va déclarer en direction des chinois :’’ La France s’est dite prête à aider la Chine à retrouver ses ressortissants’’
Pendant ce temps, du cote de Pékin, une seule déclaration publique du gouvernement chinois :’’La Chine est prête à accompagner le Cameroun dans la lutte contre le terrorisme’’
Au moment ou la France multiplie des sommets en exigeant de Yaoundé d’ouvrir ses frontières, la Chine va doter le Cameroun d’un système de vidéo surveillance à distance de ses frontières, des prototypes seront mis à la disposition des forces de sécurités du Cameroun. Seulement en attendant, le Cameroun était agressé et il fallait des solutions ponctuelles.

chinois
Lorsque le 05 Janvier 2015 un officier de l’armée camerounaise annonce l’utilisation des drones par l’armée camerounaise, il est claire que nous avions à faire aux drones chinois, ces derniers ayant joues un rôle important dans l’offensive de l’armée tchadienne en territoire du Nigeria. L’information sera confirmée par le journal stratégique français TUT dans son Edition du 25 Septembre 2015, TTU va révéler que des conseillers militaires de l’APL (l’armée populaire de Chine) pilotent depuis la base militaire de Yola, sur la frontière avec le Cameroun, au nord-est du pays, les drones armés d’un rayon d’action de 200 km, capables d’emporter deux missiles antitanks AR1 de 45 kg chacun.
« Une menace globale appelle une réponse globale. Telle doit être la réponse de la communauté internationale, y compris de l’Union africaine et de nos organisations régionales », va déclarer le président Paul Biya lors de la présentation de ses vœux au corps diplomatique au palais présidentiel, c’était le jeudi 09 Janvier 2015.
Le Cameroun sollicitait le soutien du monde entier, une opportunité pour Washington qui il y à peine deux mois, voyait la Russie officialiser avec la Guinée Équatoriale la présence permanente des bâtiments de guerres russes et le survol par des avions de combats dans la zone D du golf de Guinée.
Selon une source anonyme, le Cameroun et l’Algérie avaient depuis sollicité Washington pour l’achat des drones de types Scan Eagle et prédateur, l’Amérique avait toujours conditionné cette vente à l’implantation d’une station de drone dans ces différents pays.
Obama va donc dépêcher son ambassadeur, accompagné des généraux américains proposer un accord de partenariat militaire au Cameroun.
Le 14 Octobre 2015, Obama annonce le déploiement de 300 soldats et la création d’une station de drone non permanente au Cameroun, voilà ce qu’il va déclarer :’’ “These forces … will remain in Cameroon until their support is no longer needed,” …’’Cette force restera au Cameroun jusqu’à ce que le soutien ne sera plus nécessaire’’

base2

151224-N-ZZ999-001 GAROUA, Cameroon (Dec. 24, 2015) Construction Electrician 2nd Class Nolan Long, from Livingston, Texas, left, and Utilitiesman 1st Class Kenna Runyon, from Morgantown, W.Va., both assigned to Naval Mobile Construction Battalion 1, replace C-wire with hedge hogs and tie them together with towing cable to be used as soft anchors at an entry control point in Garoua, Cameroon, Dec. 24, 2015. U.S. 6th Fleet, headquartered in Naples, Italy, conducts the full spectrum of joint and naval operations, often in concert with allied, joint, and interagency partners, in order to advance U.S. national interests and security and stability in Europe and Africa. (U.S. Navy photo by Lt. j.g. Jason McGee/RELEASED)
De quel soutien parlait-il en réalité ?

Les 300 soldats déployés des forces ISR sont au Cameroun aux cotes de la Force multinationale pour lutter contre Boko Haram .Ils ne participeront pas aux combats et seront munis des Predator non armés pour cette opération.
A cote de cela, une partie de ses 300 soldats sera affectée dans le cadre du package offert suite à la transaction pour un marché d’une valeur de 9,4 millions de dollars du 5 octobre, à Insitu Inc. Le package comprend six drones ScanEagle et une année de soutien(les pièces de rechange, la formation, une équipe de formateurs, une équipe de maintenance et une équipe de protection)
04 drones Eagles seront déployés autour de l’aéroport de Garoua, et vont travailler avec la force multinationale créée par les pays autour du bassin du lac Tchad à savoir le Cameroun, Nigeria, Benin, Tchad, Niger.

U.S. Marines and sailors are working with Cameroon’s Fusiliers Marins (FUMA) and Compagnie des Palmeurs de Combat (COPALCO) to increase their capabilities to combat illicit activity and increase security in the waterways and borders of Cameroon. At the request of the Cameroonian government and through coordination with the U.S. Embassy in Yaounde, Marines and sailors with Special-Purpose Marine Air-Ground Task Force Crisis Response-Africa, are partnering with their military counterparts in infantry tactics in support of their maritime security force capabilities. The small team of Marines are currently attached to Africa Partnership Station, which is an international security cooperation initiative sponsored by U.S. Africa Command and facilitated by U.S. Naval Forces Africa (NAVAF), aimed at strengthening global maritime partnerships through training and other collaborative activities in order to improve maritime security and safety in Africa. The Marines and sailors are conducting training in combat marksmanship, patrolling, ambush techniques, close-quarters combat, tactical questioning and operations orders. (U.S. Marine Corps Photo by Sgt. Matthew Whitaker)

Selon le magazine Intercept, ses drones sont opérationnels depuis le début du mois de Février.
Contrairement à d’autres pays, les drones américains ne participent pas aux combats, d’où ce soulagement lorsque selon les révélations concernant l’activité de la CIA et du Joint Special Operations Command (JSOC, commandement chargé de diriger et de coordonner les unités des forces spéciales des différentes branches de l’armée américaine), près de 90% des victimes des drones US au cours de cinq mois n’étaient pas les cibles visées.
En 2015, 20 drones de combat (10 Reaper et 10 Predator) ont été détruits en s’écrasant, causant plus de 2 millions de dollars de dommages, certains experts évoquent des défaillances techniques.
A l’aube du 11 Février, un important poste de commandement de Boko Haram à Ngoshe, située à une quinzaine de kilomètres d’Ashigashia sera détruit par l’armée camerounaise rasant un centre d’entraînement, démantelant des fabriques de mines et saisissant un important stock d’armes. Dans le communique du gouvernement camerounais, il s’agit d’une opération menée par le BIR Cameroun avec le soutien nigérian sur le plan des renseignements.
Une chose est certaine, Washington a sa stratégie, le Cameroun et la sous-region a la leurs.

Albin Njilo

http://www.camerounliberty.com/une-base-militaire-americaine-au-cameroun/

Leave a Reply


  • Archives