site de réflexion et de réinformation sur l'Afrique, toute la vérité sur l'Afrique. On dévoile ce dont les autres ne parlent pas.


 Marzieh Hachemi, présentatrice de la chaîne Press TV, a été arrêtée aux États-Unis sans aucune raison particulière

Marzieh Hachemi, présentatrice de la chaîne Press TV, a été arrêtée aux États-Unis sans aucune raison particulière

Marzieh Hachemi, qui travaille pour la chaîne iranienne Press TV, « ne fait l’objet d’aucune accusation » mais a été visée par « un mandat de témoin matériel » dans une affaire en cours devant un tribunal fédéral de Washington

Marzieh Hachemi, présentatrice de la chaîne Press TV, a été arrêtée aux États-Unis sans aucune raison particulière. La journaliste et présentatrice de télévision, d’origine américaine, qui voyageait aux États-Unis pour rendre visite à son frère malade et à d’autres membres de sa famille, a été arrêtée dimanche 13 janvier à l’aéroport international de Saint-Louis Lambert

Née aux Etats-Unis il y a 59 ans sous le nom de Melanie Franklin, elle a changé de nom après sa conversion à l’islam et son mariage avec un Iranien. Installée en Iran, où elle est depuis 25 ans l’un des visages les plus connus de la chaîne Press TV, elle revient régulièrement aux Etats-Unis pour rendre visite à sa famille.

Dimanche, alors qu’elle effectuait une de ces visites, elle a été arrêtée à l’aéroport de St-Louis dans le Missouri (centre), avant d’être transférée par le FBI dans un centre de détention. Son employeur a rendu publique mercredi cette interpellation et a dénoncé ses conditions de détention. Il a assuré qu’elle avait été contrainte de retirer son voile et de manger du porc.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a demandé sa libération immédiate, qualifiant cette arrestation d' »acte politique inacceptable ».

Le fils de la journaliste, Hossein Hachemi, a déclaré au quotidien Washington Post que sa mère, lui et deux de ses frères ou soeurs avaient reçu une assignation à témoigner sans savoir dans quel dossier

Les responsables du FBI et le ministère de la Justice refusent toujours de commenter l’affaire et de rendre publics les chefs d’accusation retenus contre la journaliste.

Par Tinno Bang Mbang

Comments are closed.

  • Archives